11/03/2009

Interview de Kokoity à propos de l'allocation de terres à l'armée russe.

Interview de Kokoity à propos de l'allocation de terres à l'armée russe.

decoration

Le chef séparatiste de l' "Ossétie du Sud" Eduard Kokoity annonce qu'il va allouer des terres dans la région de Tskhinvali pour les bases militaires russes, et ce pour une période de 99 ans. " Je pense de même que nous allouerons des territoires pour des bases militaires russes aussi, cependant, c'est au "Parlement" de prendre la décision finale" a dit Kokoity.

La signature prochaine avec la Russie à propos d'un traité de défense commune de frontières d'Ossétie du Sud fait aussi partie de ses espoirs. Le leader séparatiste a aussi nié les rapports conflictuels qu'il a avec les autorités Russes. "La Russie remplit toutes les obligations prises en ce qui concerne la reconstruction de la région de Tskhinvali".

Le côté géorgien considère que la proposition de Kokoity n'est pas sérieuse et est une action illégale de plus. En cas de signature de l'accord entre la Russie et le régime Kokoity, Tbilisi l'annulera officiellement.

Pour la petite histoire

à propos du déserteur russe, demandeur d'asile à Tbilissi.

Six semaines après avoir quitté l'armée russe pour demander l'asile en Géorgie, l'ancien sergent Alexander Junior Glukhov a troqué la vie sur le front de l'Ossétie du Sud contre un nouvel appartement et de nouveaux amis à Tbilissi.

Glukhov a fuit son bataillon, à la mi-janvier, se plaignant des mauvaises relations avec ses officiers et de mauvaise conditions de vie dans le camp des sécessionnistes d'Ossétie du Sud, dans le district d'Akhalgori.

Assis dans un café de Tbilissi ce 9 mars, l'ancien soldat, vêtu d'une veste en cuir, T-shirt et jeans, semble à l'aise, bien loin de l'image du simple soldat russe montré à la télévision un peu plus d'un mois auparavant.

Pour Tbilissi et Moscou, les 21 ans de la République autonome d'Oudmourtie est devenu un symbole de la guerre d'août 2008. Après que la désertion de Glukhov a été rendue publique à la fin janvier, des responsables russes ont d'abord prétendu qu'il avait été enlevé, et l'incident a menacé de mettre en péril la paix fragile entre la Russie et la Géorgie. Moscou, cependant, a atténué son discours dès qu'il est devenu évident que Glukhov avait quitté son poste volontairement.

Les médias russes décrivent Glukhov, souvent montré en train de manger un hamburger dans un McDonald's de Tbilissi tout en parlant avec les médias géorgiens et internationaux, comme un objet à ridiculiser plutôt que comme une victime.

En Géorgie, des experts en politique avaient d'abord prévu que des dizaines de soldats russes suivraient l'exemple de Glukhov et traverseraient l'Ossétie du Sud, cherchant bains chauds et repas chauds à Tbilissi. Un tel scénario, bien sûr, n'a pas eu lieu. En même temps, Shota Utiashvili, porte-parole du Ministère des affaires intérieures, a déclaré à EurasiaNet que Moscou avait cessé de prendre contact avec le gouvernement géorgien sur le retour du déserteur.

Aujourd'hui, Glukhov vit seul dans un deux-pièces à Tbilissi, et a dit qu'il a une petite amie géorgienne "connaissant bien le russe" qu'il a rencontrée grâce à un "ami". Toujours au chômage, il partage son temps entre un job dans une salle de gym et à regarder des comédies téléchargées sur Internet. Il a refusé de dire où il vit dans la capitale géorgienne.

Mr Glukhov a dit avoir visité la ville de Mtskheta, ancienne capitale de Géorgie, non loin de Tbilissi. Il a noté qu'il étudie le géorgien; malgré une conversation simple, il dit qu'il n'a pas eu "trop de succès" avec la langue géorgienne pour le moment.

"J'ai pris l'habitude de la vie en Géorgie," at-il dit, soulignant qu'il envisage de s'y établir définitivement.

Quelle liberté de mouvement Glukhov a-t-il, le fait n'est pas clair. Alors que l'ex-soldat affirme qu'il peut se balader autour de Tbilissi "par lui-même", à pied, il a aussi déclaré que son "ami" Paata, qu'il décrit comme un fonctionnaire du ministère des Réfugiés et du Logement, le pousse à ses destinations. Paata, qui a refusé de donner son nom, ou de confirmer son lieu de travail "pour des raisons de sécurité", contacte également Glukhov via Internet

Glukhov attend avec impatience un emploi par l'intermédiaire du ministère des Réfugiés et du Logement, qui, selon lui, a pris toutes les dispositions pour son appartement ainsi que le versement d'une indemnité journalière de 10 €. Le ministère fournit tous les autres besoins, at-il dit. Les fonctionnaires du ministère n'ont voulu faire aucun commentaires.

Ré-établir le contact avec sa famille reste une tache périlleuse. La presse russe a récemment mis l'accent sur une prétendue tentative de sa mère de lui rendre visite à Tbilissi. Les autorités géorgiennes ont déclaré que Galina Glukhova n'a pas été autorisée à se rendre à Tbilissi après avoir atteint Tskhinvali, la capitale d'Ossétie du Sud. Voyager en provenance du territoire contrôlé par les séparatistes est risqué sur les deux côtés de la frontière administrative entre la Géorgie et la région de Shida Kartli.

D'après Eurasianet.org

D.P.