19/02/2010

Résumé de la situation en Abkhazie

Après sa rencontre avec Dmitri Medvedev, Sergueï Baghapsh, le chef du régime séparatiste pro-Russe de la province géorgienne occupée d’Abkhazie, résume sa dernière visite à Moscou en parlant du déploiement des forces militaires russes sur le territoire abkhaze qui aurait été une décision prise par son gouvernement, et non par l’occupant russe. Dans les bureaux de l'agence de presse Itar Tass, le chef du régime séparatiste a aussi rencontré le président de la diaspora géorgienne Mikheil Khubutia. Mr Khubutia a déclaré aux journalistes, après la réunion, qu'ils ont parlé du problème de l`intégrité territoriale de Géorgie, que leurs positions divergeaient, mais toutefois, il estime que le dialogue doit être poursuivi. Medvedev, quant à lui, vient de déclarer le président géorgien Mikheil Saakashvili « persona non grata en Russie »... belle démonstration d’ouverture et de démocratie pour la Russie!

L'OTAN dénonce la signature mercredi d'un accord russo-abkhaze sur le déploiement d'une base militaire russe dans la province abkhaze. "L'OTAN considère les accords passés entre la Russie et les territoires géorgiens comme illégitimes, la position de l'OTAN à ce sujet reste inchangée", a indiqué Mme Romero citée par les médias internationaux. Elle a fortement critiqué la Russie d’avoir signer cet accord avec le régime fantoche de l'Abkhazie séparatiste, impliquant la construction d'une base militaire. La porte-parole de l'OTAN a aussi exprimé la position officielle de l'alliance concernant la coopération de la Fédération de Russie avec les séparatistes. Elle dit que l'accord signé viole les accords existants et a appelé Moscou à revenir sur la décision. «L'Alliance appelle la Russie à retirer ses troupes à la ligne où elles se trouvaient avant le conflit d'août 2008 et insiste sur l'accès des observateurs "à l'ensemble du territoire géorgien" ». L'accord porte sur une durée de 49 ans avec prorogation automatique tous les 15 ans, en contradiction avec les accords précédemment signés par Moscou, notamment le document de Sarkozy signé à la fin de la guerre de 2008.

A Gali, village géorgien et ethniquement géorgien situé en Abkhazie le long de la frontière avec la Mengrelie, où les soldats de la force d’occupation russe enlèvent et rançonnent nombre d’habitants chaque semaine, la situation est catastrophique : un mur de séparation, avec postes de gardes, tours d’observations etc..., se construit, pareil à celui de Berlin, sous l’oeil incrédule des observateurs européens présents en face... impuissants face aux enlèvements, face au nettoyage ethnique qui, tant que les soldats russes seront présents sur la terre géorgienne, ne cesseront jamais.

« L’indépendance » tant souhaitée par les abkhazes, ce ne sera jamais les russes qui la leur offriront, la Russie n’y ayant aucun intérêt. L’Abkhazie ne les intéressant que pour sa situation géopolitique, le peuple, comme depuis plusieurs siècles, n’ayant aucune valeur à leurs yeux, aucun effort d’aucune sorte n’est réalisé par les forces d’occupations en vue d’améliorer les conditions de vie des Abkhazes. Ils sont dépouillés de leurs terres au profit des oligarques et autres amis du régime de Poutine qui y construisent des datchas tout le long de la côte, de Sukhumi jusque Sochi, quand ce n’est des bases militaires, base navale, etc... La langue abkhaze n’étant plus la langue officielle, remplacée de plus en plus par le russe, alors même que le prétexte des abkhazes pour se séparer du reste de la Géorgie est basé sur leur besoin – légitime et toujours soutenu et guaranti par Tbilissi – de protéger leur culture.

A Sochi, ancienne ville géorgienne offerte par Staline à la Russie soviétique, les travaux continuent en préparation aux jeux olympiques d’hiver de 2014, faisant beaucoup de dégats sur les terres abkhazes, à croire qu’ils utilisent l’Abkhazie comme réservoir de matières premières naturelles tels les gravats du fond des rivières, dragués puis envoyés à Sochi, créant d’importants dégats écologiques, par exemple. La réserve de main d’oeuvre n’est pas Abkhaze, par contre,, ce qui crée quelques tensions parmis les citoyens abkhazes dont bon nombre est sans travail depuis... 20 ans.

06/05/2009

Discours du président Saakashvili suite à l'échec d'une rébelion d'une caserne militaire en Kakhétie.

A la veille des entraînements de l'Otan près de la capitale Tbilissi, les provocations de la Russie envers la Géorgie montent encore d'un cran:

Discours du président Saakashvili suite à l'échec d'une rébellion d'une caserne militaire en Kakhétie.

"Je tiens à m'adresser à vous dans le cadre de la tentative d'organisation de troubles dans l'unité [militaire de] Mukhrovani."

"Comme vous le savez, des exercices de l'OTAN sont prévus en Géorgie. Un sommet de l'U.E. est prévu à Prague, les 7 et 8 mai, pendant lequel la Géorgie signe un accord de partenariat oriental."

"Le premier événement est un élément important, un événement symbolique, car c'est la première fois après l'agression de la Russie que l'OTAN prend cette mesure sur le territoire de la Géorgie. Le deuxième événement est très important politiquement, et je dirais même une importance historique, car pour la première fois, la Géorgie est en train de créer une relation institutionnelle avec l'Union européenne, notre partenaire naturel, avec le domaine de notre politique sociale et économique futures."

"Dans cette situation, comme vous l'avez probablement appris en regardant les médias, de nombreux discours, menaces et provocations concrètes ont été menées contre notre pays. Vous savez que, ces dernières semaines, la Russie a renforcé sa présence sur les territoires occupés de la Géorgie. Ils ont stationnés la quasi-totalité de la flotte en mer Noire dans les eaux territoriales de la Géorgie. (...) Ils comptent sur une possibilité de troubles de masse dans le centre de la capitale géorgienne, ou un certain type de violence et d'actions possibles pouvant être menée contre la souveraineté de la Géorgie, notre liberté et notre indépendance et, naturellement, contre la Géorgie euro-atlantique et contre l'intégration européenne."

"Vous avez vu, mes chers compatriotes, le gouvernement géorgien a démontré un maximum de retenue au cours des rassemblements de protestation afin de ne pas donner de prétexte à l'ennemi de la Géorgie. Nous avons agi ainsi, alors que la plupart des pays n'aurait pas toléré [de laisser faire]. . Nous pensons que le dialogue est le moyen de sortir de toute situation et nous ne permettrons pas les provocations de Tbilissi en d'autres endroits de la Géorgie. (...)"

"D'autre part, vous avez déjà vu ces menaces hystérique, qui ont été entendues dans la politique de la Russie, l'occupant de notre territoire, ainsi que de leurs forces armées et du leadership. Ils ont dit qu'ils ne permettraient pas des exercices de l'OTAN en Géorgie, qu'ils avaient suffisamment de leviers pour cela, et ils ont augmenté leur présence militaire dans les derniers jours. Ils ont déployé ce que l'on appelle les gardes-frontières sur le territoire géorgien par le biais de violation grossière de toutes les normes internationales. Ils ont fait de leur mieux pour alimenter les tensions."

"Dans ces conditions, un groupe d'anciens responsables militaires, dont les liens avec les agents d'un pays en particulier, est bien connu de nos services, a tenté d'organiser des troubles dans l'unité militaire de Mukhrovani. Des troubles dans une unité militaire n'est pas une chose ordinaire. Il faut comprendre que des troubles dans des lieux où il ya des hommes armés, est comme une claque contre le système démocratique de la Géorgie, contre la sécurité de chacun de nos citoyens, contre la Constitution de la Géorgie, car conformément à la Constitution géorgienne, toutes les unités militaires sont subordonnés aux autorités légalement élues.Des organisations même des plus petits troubles et des plus petits incidents sont une très forte contestation de l'ordre constitutionnel de la Géorgie et une menace pour la stabilité et l'avenir de nos citoyens."

"Par conséquent, nous considérons cet acte comme grave, et nous le considérons comme une menace sérieuse, nous le considérons comme un défi sérieux. En même temps, je tiens à vous dire que c'est un incident isolé et aucune autre unité militaire n'est impliquée. Actuellement, d'autres unités militaires sont en alerte et la situation est sous contrôle. Généralement, l'ordre et le calme règnent dans le pays et rien ne le menace."

"Mais nous devons comprendre une chose - l'inspiration de troubles n'est en aucune façon relié aux conditions sociales des soldats. Vous savez très bien que notre armée a le plus élevé des salaires dans notre pays. Vous savez très bien que nos agents sont spécialement honorés dans la société géorgienne. Il n'est plus le temps de Chevardnadze avec une armée affamée, nu-pieds, indisciplinée. L'armée n'est plus la même, et personne ne parviendra à revenir au temps de troubles et de chaos des années nonante. Nous avons déjà vu ce que les groupes paramilitaires et les bandits, qui se déplacent à Tbilissi et dans d'autres villes, en violation des droits des citoyens, volant et détruisant les biens de notre pays. Il a fallu de nombreuses années et la révolution de la rose pour mettre fin à leurs raids."

"Ces personnes, qui tentent maintenant d'organiser des troubles, sont ceux qui ont été licenciés de l'armée après la Révolution des Roses, et veulent retourner dans le passé. Ils veulent revenir aux années nonantes et agissent en coordination avec une force étrangère."

"Je veux aussi m'adresser catégoriquement à la Fédération de Russie et l'avertir que toute tentative d'escalade de la situation à l'intérieur de la Géorgie, en provoquant des tensions dans les territoires occupés - et nous avons les informations que [la Russie] il y a plus d'unités militaires, nous avons les informations qu'ils ont lancé de nouveaux mouvements avec la Flotte de la Mer Noire - toutes ces [mesures] sont très provocatrices -, je demande avec insistance à notre voisin du Nord de s'abstenir de ces types de provocations, de s'abstenir de tout type de provocations, parce que ces provocations ne fonctionneront pas en Géorgie. Le peuple géorgien ne cédera pas à de telles provocations. Il devrait être très simple pour eux de comprendre."

"J'ai donné des instructions à la police et aux forces armées d'agir de façon appropriée. Les unités de la police sont pleinement mobilisées. Les organisateurs de la mutinerie et des troubles ont été isolés. Dès ce matin nous avons été en négociation avec eux - le commandant des forces terrestres Shmagi Telia, l'ex-vice-ministre de la défense Akhalaia; et l'actuel ministre de l'Intérieur Merabishvili étaient présents."

"J'ai personnellement parlé avec un des organisateurs de ces agitations et je lui ai dit que nous leur donnions une occasion de se rendre aux agences d'application de la loi et de rendre les armes, ce qui sera pris en considération comme circonstance atténuante. Mais personne ne devrait avoir aucune illusion. Lorsque l'ennemi se trouve en Géorgie, à 40 kilomètres de la capitale géorgienne, où une énorme quantité d'armes d'artillerie sont destinées à nous, lorsque la flotte de la mer Noire se trouve à proximité de nos côtes, et lorsque nous entendons des menaces et des provocations quotidiennes, nous ne pouvons pas nous permettre de troubles en Géorgie, car ce serait une lame d'épée dans le cœur de la démocratie, et un acte dirigé contre l'État géorgien serait extrêmement dangereux."

"Afin de protéger la démocratie géorgienne, la liberté et l'unité de l'Etat géorgien, tous les organes respectifs sont prêts à prendre des mesures décisives pour empêcher toute petite ou grande tentative de miner notre ordre constitutionnel, notre démocratie, notre liberté."

"La Géorgie n'est plus dans la situation d'il y a cinq ans. Nous sommes l'État, nous envisageons de jouer le rôle de l'Etat, et je demande à nos citoyens d'être calmes, je leur demander d'accepter de comprendre toutes ces actions qui ont été menées par l'État géorgien dans cette situation et qui ont été menées par tous les dirigeants responsables géorgiens dans notre histoire."

"Notre histoire est pleine d'exemples de trahison, de troubles, les rébellions, de tentatives de collaboration avec des forces extérieures et les divisions à l'intérieur de notre forteresse. Cette fois, personne n'est parvenu à échapper à notre forteresse. Nous, et moi personnellement en tant que Président et commandant en chef, allons agir en toute responsabilité devant l'histoire du pays, pour la sécurité de chacun de nos citoyens, pour la liberté et [la défense] de notre système démocratique."

Traduction D.P., d'après Civil.ge


22/04/2009

La présidence de l'OSCE : "La détention était inacceptable" + bonus : ARTICLE PARU DANS NEWSWEEK

La présidence de l'OSCE : "La détention était inacceptable"

Les autorités "sud-ossètes" provoquent L'OSCE. Et toujours aucun contrôle possible dans la province séparatiste.

Le bureau du Président du Parlement d'Ossétie séparatiste a libéré les deux observateurs de l'OSCE qu'ils avaient arrêtés plus tôt aujourd'hui, les accusant de violer la frontière de l'Ossétie du Sud. Le chef séparatiste a déclaré aux médias étrangers, après l'incident, que les observateurs européens ont été arrêtés pour violation des frontières, les accusant de provocations !
Les moniteurs sont maintenant libérés dans le bureau de l'OSCE dans le village de Karaleti. Les séparatistes les ont arrêté alors qu'ils patrouillaient dans le secteur de Nikozi-Avnevi, sur la route en zone de conflit. L'OSCE a publié une déclaration spéciale sur l'incident.

ATHÈNES, le 21 avril 2009

La présidente de l'OSCE en exercice, la ministre grecque des Affaires étrangères Dora Bakoyannis, a déclaré aujourd'hui qu'elle se félicite de la libération de deux militaires non armés de l'OSCE par les agents de surveillance d'Ossétie du Sud, mais leur détention est décrite comme étant totalement inacceptable.

Les deux moniteurs - un Hongrois et un ressortissant turc - ont été arrêtés ce matin près du village de Nikozi, au sud de la frontière administrative. Ils ont été libérés après environ deux heures et demie.

«Je suis soulagée que les deux agents de surveillance militaires aient été libérés, mais leur détention est totalement inacceptable et ont ajouté des tensions inutiles dans la région », a déclaré Bakoyannis. « Il est crucial que toutes les parties agissent de façon constructive pour contribuer à la sécurité. Cela comprend le respect du mandat et de l'immunité diplomatique de l'OSCE dans leur travail de surveillance des officiers militaires.»

Mme Bakoyannis a ajouté: « Ce dernier incident souligne une fois de plus, l'importance de définir le cadre permettant le libre contrôle de la zone de conflit. Les dernières propositions de la présidence grecque de fournir le cadre d'une opération de surveillance, qui soit opérationnelle et significative, ainsi que sans danger pour les agents de l'OSCE. »

L'OSCE dispose de 20 agents de surveillance militaire en Géorgie. En Février, les miliciens d'Ossétie du Sud ont arrêté deux officiers, libérés ensuite après près de trois heures.

D'après le site de l'OSCE et Rustavi2


ARTICLE PARU DANS NEWSWEEK CE 18 AVRIL :

Les Géorgiens veulent de meilleures relations avec la Russie, qui ne se pliera pas à Saakashvili.

Il y a cinq ans, des dizaines de milliers de Géorgiens sont descendus dans la rue pour renverser un gouvernement corrompu pro-russe et mettre avocat américain vif, jeune et instruit au pouvoir.

Il s'agit d'espoir non seulement pour la Géorgie, mais pour une série de pays post-soviétique, pays qui ont acquis l'indépendance, mais sont toujours enlisés dans le capitalisme et la dépendance politique à Moscou. Le nouveau chef de la Géorgie, Mikheil Saakashvili, a été "énergique, bien éduqué, il aimait prendre des risques", se souvient Burzhanadze Nino, un de ses plus proches alliés pendant la révolution de la rose. "Il a eu 100 % de soutien dans son pays et pratiquement 100 % d'appui à l'Ouest, aucun autre président au monde que le président Saakachvili n'a eu autant de chance".

Maintenant Saakachvili a des projet pro-occidentaux qui se distinguent : l'adhésion à l'OTAN, la création d'une société ouverte, l'éradication de la corruption et la réforme de l'économie. Au début d'avril, à nouveau des milliers de manifestants se sont rassemblés à Tbilissi, cette fois pas pour soutenir le président, mais exiger sa démission. Ils ont appelé Saakachvili "lâche" pour avoir perdu la guerre de l'été dernier contre la Russie, et disent qu'il a des catastrophes sur la tête de la Géorgie vu l'arrogance face à son grand voisin. Le dégoût du peuple pour la guerre est devenu un piège pour Saakachvili, avec la grande majorité des Géorgiens disant qu'ils veulent de meilleures relations avec la Russie, et Moscou disant que cela ne se produira pas tant que Saakachvili est au pouvoir.

Depuis la fin de la guerre, la cote de popularité de Saakashvili a glissé de 80 pour cent à 30 pour cent, et de mauvaises relations avec la Russie ont rendu le ralentissement économique particulièrement douloureux. Il ya trois ans, la Russie a commencé à couper le commerce des vins et des produits agricoles en provenance de Géorgie, et, après la guerre, a complètement arrêté les échanges trans-frontaliers, se traduisant par une baisse de 70 pour cent des exportations géorgiennes. L'investissement étranger a également chuté, de $ 525 millions de dollars au deuxième trimestre de 2008 à $ 188 millions de dollars au quatrième trimestre.

Les signes de la lutte anti-Saakashvili sur ses promesses économiques sont partout. À Kutaisi, en Géorgie de la deuxième plus grande ville (population: 200000), l'étroite rue pavée du centre de la ville ressemble à Tallinn, en Estonie, avec des bâtiments fraîchement peint, boutique de cafés et les églises restaurées, mais de l'eau du robinet moins de trois heures par jour et tous les autres côtés de la ville datant de l'ère soviétique, les usines ont fait faillite dans les années 1990. "Regardez derrière la façade brillante, et vous verrez la pourriture et les pauvres de notre ville», dit Tsisfer Kansheli, un ancien directeur d'usine.

Plus inquiétant pour Saakashvili, nombreux sont ceux qui parlent aujourd'hui avec nostalgie des jours de libre-échange avec Moscou. «Ma famille a vendu des fruits et légumes vers la Russie depuis des décennies, nous voulons que la frontière soit rouverte pour le commerce», déclare Banzeladze Bela, un chômeur exportateur. À l'Université d'Etat de Gori, les étudiants craignent que Saakashvili avait mis trop de foi dans l'Ouest. "Est-ce que notre président aurait mal choisi ses partenaires stratégiques? dit Edgar Khasakhashvili, étudiant en droit et réfugié géorgien d'Ossétie du Sud.

Saakashvili se sent de plus en plus isolé. Les responsables géorgiens semblent troublés par l'offre de "reset" des relations avec Moscou de l'administration Obama, et pour sa perception de retraite pour l'entrée de la Géorgie dans l'OTAN. La semaine dernière, des responsables géorgiens ont rencontré la secrétaire d'État américaine Hillary Clinton, qui a confirmé les plans américains pour renforcer la coopération avec la Géorgie sur la formation militaire. Pendant ce temps, le Congrès des États-Unis a approuvé 242,5 millions de dollars en aide de ce mois, mais les subventions des États-Unis ne va pas remplacer les relations commerciales avec la Russie- ce que le président russe Dmitri Medvedev a clairement indiqué que ce ne sera pas le cas tant que Saakachvili est au pouvoir.

La Géorgie est aujourd'hui encore plus libérale et économiquement plus forte que beaucoup de ses voisins. Mais pour lui-même, si rien d'autre, Saakachvili devra trouver un moyen de désamorcer les tensions politiques. Après tout, les Géorgiens ne veulent pas d'un dirigeant qui sacrifie la prospérité et la sécurité de son pays pour le bien d'un engouement pour l'OTAN et de l'Ouest. Ils veulent un homme pragmatique qui permette de fermer la porte quand c'est nécessaire, et de rouvrir le commerce avec la Russie. Saakachvili aura à travailler dur pour convaincre son peuple qu'il est cet homme.

 

 

14/04/2009

Dans quelle langue faut-il vous le dire?

 

Dans quelle langue faut-il vous le dire?

Le Haut Commissaire de l'OSCE pour les minorités nationales, Knut Vollebaek, appelle à mettre fin à la pression exercée sur la population géorgienne en Abkhazie, dans une déclaration publiée aujourd'hui. En voici un résumé :

«Je suis profondément préoccupé par les récents développements dans le district de Gali, en Abkhazie, qui ont conduit à une détérioration de la situation sécuritaire dans la région. En accord avec mon mandat de prévention des conflits, je prie instamment les autorités de facto de mettre fin à la pression exercée sur la population géorgienne dans le district de Gali, à travers la limitation de leurs droits à l'enseignement obligatoire, à la "passportisation", aux l'enrôlements forcés dans les forces armées abkhazes, ainsi qu'aux restrictions à leur liberté de mouvement ».

«Je regrette également la décision des dirigeants de facto de fermer la frontière administrative de l'Abkhazie, ce qui rend de plus en plus difficile pour la population de maintenir les contacts familiaux, l'accès nécessaire aux soins de santé ou de vendre leurs produits sur l'autre côté de la frontière de facto. Je suis également préoccupé par le fait que ces pratiques coercitives, qui violent le droit international, peuvent déstabiliser encore plus la déjà fragile situation inter-ethnique dans la région que de nombreux Géorgiens quittent par la force».

«Je répète que les normes internationales exigent que toute autorité exerçant sa compétence sur la population même si elle n'est pas reconnue par la communauté internationale, doit respecter les droits de tous les hommes, y compris ceux des personnes appartenant à des communautés ethniques différentes. Je prie instamment les autorités de facto à s'abstenir de toute intimidation et d'imposition de l'Abkhazie sur la citoyenneté et la conscription forcée des Géorgiens vivant dans le district de Gali. J'invite également les autorités de facto de respecter les droits à l'éducation des Géorgiens qui y résident et de permettre aux élèves géorgiens dans la région d'étudier dans la langue géorgienne ».

«Bien que je comprenne et félicite la volonté des autorités abkhazes de facto à renforcer l'identité et la langue abkhaze, je tiens à souligner que cela devrait être fait d'une manière qui n'affecte pas les droits des personnes appartenant à d'autres communautés ethniques en la région à maintenir et à développer leur langue et leur culture ».

D'après Rustavi2

D.P.

La guerre des médias n'a pas eu lieu.

 

Aujourd'hui, à Tbilissi, s'est tenu une réunion au ministère de la défense. L'administration géorgienne à invité les attachés militaires des délégations étrangères présentes dans la capitale à prendre connaissance du rapport géorgien sur les mouvements de troupes russes dans les territoires occupés.

L'attaché militaire Christian Fankode a déclaré après la réunion qu'ils étaient "préoccupés par les forces armées russes, ainsi que par la violation des eaux territoriales et de l'espace aérien géorgiens. Les informations que nous avons reçue de la partie géorgienne, coïncident avec les rapports de l'OSCE, l'ONU et l'UE" précise l'attaché militaire allemand.

Neuf mois après la fin de la guerre, on vous démontre que l'administration géorgienne n'exagère en rien la gravité des violations russes, et, ainsi nous démontre une nouvelle fois qu'elle ne nous ment pas. Chaque journée passée à écouter les déclarations du gouvernement ou d'un ministère géorgien avant, pendant et après la guerre (j'étais sur place du 21 juillet au 13 août) ont montré combien les autorités ont été honnêtes, jour après jour, envers leurs citoyens.

Les descriptions des événements relatés heure après heure depuis le 1er août, date du début des provocations des milices ossètes sous les ordres des russes, étaient aussi exactes que possible, peut-on prouver de plus en plus avec le temps. Des informations en constantes contradictions avec ce qui nous arrivait de Moscou, bien entendu. Et comme leurs diverses accusations (débiles pour ceux et celles qui connaissent la mentalité géorgienne) ne sont vérifiables qu'en enquêtant sérieusement dans les territoires séparatistes, les occupants russes empêchent les enquêteurs européens d'y accéder. L'UE laisse faire, trop heureuse de reprendre son business avec la Russie. (Détail : si abandon du projet Nabucco pour cause d'instabilité dans le Caucase, Schreuder et Berlusconi vont s'en mettre plein les poches, ayant de gros intérêts financiers privés dans Gazprom...)

Quand je pense à ce Dubié, sénateur belge, démocrate, etc... qui ose faire la leçon à Saakashvili parce qu'il est sois-disant tombé dans la provocation des russes, alors qu'il y est tombé lui-même les yeux grands ouverts et a osé ensuite répendre leurs inepties made in ussr, mensonges et manipulations russes sortant de sa bouche (sans s'en rendre compte ?!? A mon avis, il savait très bien ce qu'il faisait) et alimentant - grosse pub écolo - les médias anti-Bush/Cheney, et tout content d'ajouter son grain de sable dans les rouages de l'administration américaine et, surtout, de l'Otan... Pitoyable ! Mais tellement plus confortable que d'être journaliste anti-Poutine/Medvedev en Russie... (cfr Anna Politkovskaia, Dieu ait son âme)

Non, la guerre des médias n'a pas eu lieu. Il n'y eu que totale désinformation de la part des Russes, chaque info de leur part ayant été entièrement construite selon ce qu'ils voulaient qu'on croit, nous, occidentaux naïfs vis-à-vis du régime de Poutine. Il y a de (très très très) nombreux exemples, dont quelques-uns postés sur TbiliSite depuis presque 4 mois.

D.P.

11/03/2009

Interview de Kokoity à propos de l'allocation de terres à l'armée russe.

Interview de Kokoity à propos de l'allocation de terres à l'armée russe.

decoration

Le chef séparatiste de l' "Ossétie du Sud" Eduard Kokoity annonce qu'il va allouer des terres dans la région de Tskhinvali pour les bases militaires russes, et ce pour une période de 99 ans. " Je pense de même que nous allouerons des territoires pour des bases militaires russes aussi, cependant, c'est au "Parlement" de prendre la décision finale" a dit Kokoity.

La signature prochaine avec la Russie à propos d'un traité de défense commune de frontières d'Ossétie du Sud fait aussi partie de ses espoirs. Le leader séparatiste a aussi nié les rapports conflictuels qu'il a avec les autorités Russes. "La Russie remplit toutes les obligations prises en ce qui concerne la reconstruction de la région de Tskhinvali".

Le côté géorgien considère que la proposition de Kokoity n'est pas sérieuse et est une action illégale de plus. En cas de signature de l'accord entre la Russie et le régime Kokoity, Tbilisi l'annulera officiellement.

Pour la petite histoire

à propos du déserteur russe, demandeur d'asile à Tbilissi.

Six semaines après avoir quitté l'armée russe pour demander l'asile en Géorgie, l'ancien sergent Alexander Junior Glukhov a troqué la vie sur le front de l'Ossétie du Sud contre un nouvel appartement et de nouveaux amis à Tbilissi.

Glukhov a fuit son bataillon, à la mi-janvier, se plaignant des mauvaises relations avec ses officiers et de mauvaise conditions de vie dans le camp des sécessionnistes d'Ossétie du Sud, dans le district d'Akhalgori.

Assis dans un café de Tbilissi ce 9 mars, l'ancien soldat, vêtu d'une veste en cuir, T-shirt et jeans, semble à l'aise, bien loin de l'image du simple soldat russe montré à la télévision un peu plus d'un mois auparavant.

Pour Tbilissi et Moscou, les 21 ans de la République autonome d'Oudmourtie est devenu un symbole de la guerre d'août 2008. Après que la désertion de Glukhov a été rendue publique à la fin janvier, des responsables russes ont d'abord prétendu qu'il avait été enlevé, et l'incident a menacé de mettre en péril la paix fragile entre la Russie et la Géorgie. Moscou, cependant, a atténué son discours dès qu'il est devenu évident que Glukhov avait quitté son poste volontairement.

Les médias russes décrivent Glukhov, souvent montré en train de manger un hamburger dans un McDonald's de Tbilissi tout en parlant avec les médias géorgiens et internationaux, comme un objet à ridiculiser plutôt que comme une victime.

En Géorgie, des experts en politique avaient d'abord prévu que des dizaines de soldats russes suivraient l'exemple de Glukhov et traverseraient l'Ossétie du Sud, cherchant bains chauds et repas chauds à Tbilissi. Un tel scénario, bien sûr, n'a pas eu lieu. En même temps, Shota Utiashvili, porte-parole du Ministère des affaires intérieures, a déclaré à EurasiaNet que Moscou avait cessé de prendre contact avec le gouvernement géorgien sur le retour du déserteur.

Aujourd'hui, Glukhov vit seul dans un deux-pièces à Tbilissi, et a dit qu'il a une petite amie géorgienne "connaissant bien le russe" qu'il a rencontrée grâce à un "ami". Toujours au chômage, il partage son temps entre un job dans une salle de gym et à regarder des comédies téléchargées sur Internet. Il a refusé de dire où il vit dans la capitale géorgienne.

Mr Glukhov a dit avoir visité la ville de Mtskheta, ancienne capitale de Géorgie, non loin de Tbilissi. Il a noté qu'il étudie le géorgien; malgré une conversation simple, il dit qu'il n'a pas eu "trop de succès" avec la langue géorgienne pour le moment.

"J'ai pris l'habitude de la vie en Géorgie," at-il dit, soulignant qu'il envisage de s'y établir définitivement.

Quelle liberté de mouvement Glukhov a-t-il, le fait n'est pas clair. Alors que l'ex-soldat affirme qu'il peut se balader autour de Tbilissi "par lui-même", à pied, il a aussi déclaré que son "ami" Paata, qu'il décrit comme un fonctionnaire du ministère des Réfugiés et du Logement, le pousse à ses destinations. Paata, qui a refusé de donner son nom, ou de confirmer son lieu de travail "pour des raisons de sécurité", contacte également Glukhov via Internet

Glukhov attend avec impatience un emploi par l'intermédiaire du ministère des Réfugiés et du Logement, qui, selon lui, a pris toutes les dispositions pour son appartement ainsi que le versement d'une indemnité journalière de 10 €. Le ministère fournit tous les autres besoins, at-il dit. Les fonctionnaires du ministère n'ont voulu faire aucun commentaires.

Ré-établir le contact avec sa famille reste une tache périlleuse. La presse russe a récemment mis l'accent sur une prétendue tentative de sa mère de lui rendre visite à Tbilissi. Les autorités géorgiennes ont déclaré que Galina Glukhova n'a pas été autorisée à se rendre à Tbilissi après avoir atteint Tskhinvali, la capitale d'Ossétie du Sud. Voyager en provenance du territoire contrôlé par les séparatistes est risqué sur les deux côtés de la frontière administrative entre la Géorgie et la région de Shida Kartli.

D'après Eurasianet.org

D.P.

 

 

03/03/2009

Ce que Kremlin veut, ...

Volga

Le Kremlin veut un nouveau chef de file en "Ossétie du Sud"...

 

Le Kremlin ne veut plus voir Eduard Kokoity, chef de la région séparatiste d' "Ossétie du Sud".

Les rapports sur le désaccord entre Moscou et ses régimes fantoches ont été suivies par les rumeurs que la Russie est à la recherche d'un nouveau candidat, qui présidera le gouvernement séparatiste. Apparemment, Jambulat Tedeev pourrait remplacer Kokoity prochainement.

Tedeev est l'entraîneur de l'équipe nationale russe des lutteurs et est une figure très influente dans la région sécessionniste de Géorgie...

 

 

 

 

28/01/2009

Les députés européens débattent

 

STRASBOURG:

Les députés européens débattent à propos de la guerre Géorgie-Russie

Voici l'article paru sur le site de la télévision géorgienne :

Les députés européens débattent à propos de la guerre Géorgie-Russie, de ses conséquences et des plans pour la résolution du conflit. L'Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe a écouté aujourd'hui les rapports du député russe Konstantin Kosachov et le chef de la délégation géorgienne Petre Tsiskarishvili.

Les discussions ont commencé par les rapports de Matyas Eorsi et Luk Van de Brande. Ils ont tous deux repproché à la Russie d'ignorer les termes des résolutions précédentes et des accords de cessez-le-feu signés par les autorités russes. Ils ont souligné aussi que la Géorgie avait réalisé toutes les obligations depuis le cessez-le-feu.

Ils ont signalé encore une fois la situation en Géorgie dans les régions occupées. Ils ont dit que les forces russes étaient encore présentes dans la Gorge de Kodori et le district d'Akhalgori. Ils ont parlé de nombreux faits de violation des droits humains, 23 000 personnes ayant fui leur habitation pendant l'intervention russe et sont incapables de regagner leur terre. De plus, les séparatistes sont tous armés, condition préalable sérieuse pour raviver le conflit.

Le chef de la délégation russe, le député Konstantin Kosachov n'a pas réfuté le fait que la Russie ignorait les termes de la résolution et de l'accord de cessez-le-feu et a essayé de justifier sa position. Il a réitéré son argument, que le `diagnostic par l'Europe` sur le conflit de Géorgie-Russie était incorrect dès le début, parce que c'était une guerre entre la Géorgie et l'Ossetie du Sud. Selon Kosachov, le traité rédigé par l'Europe était incorrect aussi. Kosachov affirme que la Géorgie reprendra la guerre si les forces russes quittent les régions occupées, parce que c'est l'unique façon pour la Géorgie de restituer son intégrité territoriale.

Le chef de la Délégation géorgienne, le député Petre Tsiskarishvili, a demandé au Conseil de l'Europe de rester très attentif à ses principes et aux résolutions précédentes, et faire en sorte que la Russie se conforme à tous ses engagements.

Source : Rustavi2

Trop partial, cet article? Bon, ok, voyons ce que le JDD (Journal du Dimanche - France) a écrit comme dépêche sur ce même sujet :

Géorgie: Moscou tancé à Strasbourg

International 28/01/2009 - 19:04

L'Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe a déploré mercredi le peu d'empressement de la Russie à mettre en oeuvre ses recommandations pour remédier aux conséquences du conflit du mois d'août dernier, entre ses troupes et celles de la Géorgie en Ossétie du sud. "En ce qui concerne Moscou, la plupart des points de la résolution (adoptée en octobre dernier) n'ont pas été mises en oeuvre", a souligné à Strasbourg le libéral hongrois Matyas Eorsi, co-rapporteur d'un nouveau projet de résolution. La Géorgie est en revanche créditée d'une attitude "constructive" dans ce texte adopté par 118 voix contre 25.

Maintenant, voyons la version russe, trouvée sur le site d'un journal officiel - Ria Novosti

STRASBOURG, 27 janvier - RIA Novosti.

L'Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe (APCE) exhorte la Géorgie, la Russie et les autorités d'Ossétie du Sud, ainsi que d'Abkhazie à livrer aux observateurs de l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) l'accès des deux côtés de la "frontière sud-ossète effective".

L'APCE les appelle également à concerter une augmentation du nombre d'observateurs, lit-on dans le projet de rapport sur les conséquences humanitaires de la guerre entre la Géorgie et la Russie dont RIA Novosti a obtenu copie mardi.

Le mandat de l'OSCE en Géorgie où l'Organisation travaille depuis 1992 a expiré le 1er janvier 2009. Le 22 décembre dernier, au cours d'une réunion du Conseil permanent de l'OSCE, la Russie s'est opposée à sa prorogation, estimant que, comme l'actuel mandat de la "mission géorgienne" comprenait des composantes abkhaze et sud-ossète, il devait être revu. En août 2008, Moscou a reconnu l'indépendance de l'Ossétie du Sud et de l'Abkhazie. Aussi la prolongation du mandat actuel de la "mission géorgienne" serait-elle illégale au regard de la législation russe.

Le projet de rapport dont l'APCE sera saisie mercredi 28 janvier invite aussi les parties à "s'entendre sur l'élargissement du mandat de la mission d'observation de l'Union européenne (UE) pour qu'il s'étende aux mesures de protection de la population et, peut-être, de maintien de la paix des deux côtés de la frontière effective de l'Ossétie du Sud et de l'Abkhazie.

L'auteur du rapport Mme Corien Jonker appelle, en outre, la Russie et l'Ossétie du Sud, ainsi que l'Abkhazie à "garantir l'inviolabilité et la sécurité de toutes les personnes se trouvant sous leur contrôle effectif non seulement en Ossétie du Sud et en Abkhazie, mais aussi dans les territoires occupés dans le district d'Akhalgori et à Perevi, ainsi que dans les gorges de Kodori".

D'autre part, l'APCE exhorte la Géorgie à "élever le niveau de sécurité de toutes les personnes vivant à la frontière effective et dans les anciennes zones du conflit".

Le 8 août dernier, l'armée géorgienne a lancé une offensive militaire contre l'Ossétie du Sud, détruisant Tskhinvali, la capitale, et tuant des centaines de civils et des soldats de la paix russes déployés dans cette république autoproclamée. La Russie a opposé une riposte militaire de grande envergure destinée à contraindre la Géorgie à la paix avant de reconnaître le 26 août l'indépendance de l'Ossétie du Sud et de l'Abkhazie.

Source : Ria Novosti

No comment.

D.P.