13/04/2009

Entre Russie et Géorgie, l'Abkhazie.

Malkhaz Akishbaia, chef légitime du gouvernement de la province géorgienne d'Abkhazie, fera un exposé sur la situation dans cette province annexée illégalement à la Russie. Mr Akishbaia a dit que la situation est très grave dans la région sécessionniste, et exhorte la communauté internationale à soutenir le déploiement d'observateurs européens dans la zone de conflit.
Les autorités du gouvernement légitime d'Abkhazie font savoir que les séparatistes et les occupants russes continueront leurs provocations dans la région occupée et l'une de ces provocations à encore eu lieu ce dimanche. Des criminels ont agressé une famille  dans le village de Liah, dans le district de Tsalenjikha. Les témoins disent que les assaillants étaient à la fois des hommes armés abkhazes et des militaires russes. L'incident s'est produit à 200 mètres du poste de contrôle russe.

Depuis le cessez-le-feu signé par Medvedev, Sarkozy et Saakashvili, la Géorgie n'a de cesse de demander que ces accords soient respectés, mais la Russie, de fait, n'en tient absolument pas compte, et au contraire multiplie et intensifie les provocations.

L'une de ces obligations était de revenir aux positions d'avant le 7 août. Mais les russes occupent des territoires qu'ils n'occupaient pas avant la guerre, envoient des troupes et des blindés supplémentaires dans les deux régions séparatistes, organisent des raids en Géorgie pour tenter de prendre quelques autres villages frontaliers, construisent des bases militaires en Géorgie, à savoir une base navale en Abkhazie, une base aérienne en "Ossétie du Sud", et quelques bases d'infanterie un peu partout dans les deux parties sécessionistes. La Russie n'ayant droit, toujours d'après l'accord signé, qu'a 3700 hommes maximum par province et aucune arme lourde, nous sommes loin du compte.

Beaucoup reprochent à la Géorgie de courtiser les Etats-Unis, mais n'est-ce pas à cause de l'Europe qui, depuis plus de 10 ans, joue au yoyo avec la Géorgie? Un coup je t'accepte, un coup je te jette.... Et l'Europe s'en arrange, trop occupée à courtiser la Russie et son gaz, au détriment de la Géorgie. L'Europe est cynique et lâche, l'Europe est égoïste et frileuse. L'Europe n'est pas digne de sa réputation de "gardien des valeurs démocratiques et des droits de l'homme". Parce que l'Europe a peur de la Russie, et elle a raison d'avoir peur, mais a tort de le faire savoir.

 

08/04/2009

Saakashvili: Les portes de l'OTAN + Diplomates étrangers en poste à Tbilissi : Appel pour un dialogue

Diplomates étrangers en poste à Tbilissi : Appel pour un dialogue

A la veille des rassemblements de protestation, un des ambassadeurs du groupe de travail a invité les autorités et l'opposition, le 8 avril à s'engager dans un dialogue ouvert, à rechercher des solutions durables à des questions de grande importance pour la Géorgie.

Avec comme objectif de promouvoir les principes démocratiques et les procédures en Géorgie, les ambassadeurs du groupe de travail se réunit sur régulièrement. Il se compose des ambassadeurs des Etats participants de l'OSCE, au Conseil de l'Europe, le chef de la délégation de la Commission européenne et le Coordonnateur résident des Nations Unies.

Les ambassadeurs appellent toutes les forces politiques et les représentants du gouvernement, y compris les autorités chargées de la sécurité, à montrer un comportement responsable et l'attachement aux principes démocratiques lors de l'annonce des actions de protestation du 9 avril 2009, et d'exprimer leurs positions dans le cadre juridique, en évitant toute violence.

D.P. - D'après Rustavi2 et Civil.ge


Saakashvili: Les portes de l'OTAN restent ouvertes !

Le président Saakashvili a déclaré à la télévision lors d'une réunion avec le Président de l'Assemblée parlementaire de l'OTAN, John Tanner, à Tbilissi, que la récente déclaration du sommet de l'OTAN signifie que les portes de l'Alliance avaient été "réouvertes" pour la Géorgie.

En ce qui concerne l'OTAN, nous avons réussi à obtenir ce que nous espérions depuis longtemps. Les récentes décisions du sommet de Strasbourg et les déclarations d'Obama, du Président sortant et des secrétaires généraux de l'OTAN nous donnent de très sérieuses raisons d'être optimistes.

Si auparavant la principale question était de savoir si la Géorgie avait ou non un "plan d'action pour l'adhésion", ce document (déclaration finale du sommet de l'OTAN) dit que la Géorgie est sur la voie de l'OTAN, non directement par le biais de ce plan d'action - la question est posée séparément - mais par le biais de la Commission OTAN-Géorgie, et par un examen annuel de la Commission.

Cela signifie que, malgré l'agression, en dépit de la guerre et malgré la propagande qui est en cours contre nous, la route vers l'Alliance Atlantique-Nord a été rouverte pour la Géorgie. C'est le chemin vers la stabilité, vers la protection de l'ensemble de la région, ce qui est aussi la voie de la garantie économique.

On peut lire dans la déclaration finale du sommet des dirigeants de l'OTAN du 4 avril de Strasbourg / Kehl: Sans préjudice d'autres décisions qui doivent être prises concernant le plan d'action pour l'adhésion, le développement de programmes nationaux annuels aidera la Géorgie et l'Ukraine dans l'avancement de leurs réformes. L'examen annuel de ces programmes nous permettront de continuer à suivre de près la Géorgie et l'Ukraine, les progrès sur les réformes liées à leurs aspirations à l'adhésion à l'OTAN.

Le Président Saakashvili a également dit que, lors de sa visite en Géorgie, le général James Cartwright a présenté "un nouveau paquet" d'assistance à l'armée géorgienne.

Cela va aider la Géorgie à créer qualitativement de nouvelles forces armées, ce qui profitera à la Géorgie, et bénéficiera à l'ensemble de nos alliés, a déclaré le président Saakachvili.

D.P. - D'après Civil.ge et le site de l'OTAN

26/02/2009

Hillary Clinton critique Moscou


Le département d'Etat américain critique la Russie à propos de violations des droits de l'Homme en Géorgie.

Washington sermonne la Russie pour la guerre d'août en Géorgie. Hillary Clinton a présenté le premier rapport du Département d'État américain sur la violation de droits de l'homme lors de l'intervention russe du mois d'août, dans son rapport annuel sur la défense de droits de l'homme.

Le document dit comment la Russie a eu recours à la force disproportionnée contre Géorgie et a déployé ses forces à l'intérieur des frontières reconnues dans le monde entier.

Selon le rapport, l'opération militaire a provoqué le meurtre de beaucoup de civils pacifiques et que les bandits armés Ossetiens ont commencé à piller et massacrer les civils, en forçant plus de 150.000 Géorgiens à fuir leur maison, et laissé les militaires russes occuper les territoires de Géorgie.

Avec la guerre d'août, le rapport de Département américain d'État a aussi concerné les élections présidentielles (de 2008) qui ont été accomplies conformément aux normes de l'OSCE. (Notons que ces élections sont à nouveau contestées par l'opposition, frustrée de n'avoir obtenu que 27% des voix, contre 53% pour le président sortant. Beaucoup d'observateurs indépendants doutent de l'intégrité patriotique de nombre d'opposants, vraissembleblement conseillés et financés par Moscou... Cette stratégie étant très utilisée par les russes pour tenter de mettre en place leurs hommes de paille, tel qu'en Tchétchénie, en Ingouchie, en Ukraine, et dans nombre d'ex-républiques se terminant en "stan")

Dans son premier rapport par le nouveau Secrétaire d'Etat, la Russie est aussi critiquée pour la pression sur les médias ainsi que pour les meurtres de journalistes.

 

16/02/2009

Pour rire un peu : Lavrov accuse la Géorgie de Saakashvili d'avoir détruit l`intégrité territoriale !

 

Lu dans Der Spiegel, l'interview de Lavrov, ministre russe des affaires étrangères.

Lavrov accuse la Géorgie de Saakashvili d'avoir détruit l`intégrité territoriale !

" (...) Le président Mikhail Saakashvili a détruit l'intégrité territoriale géorgienne avec son ordre de bombarder une ville paisible en Sud Ossetie. C'était un crime contre son propre peuple, vu la violence  utilisée contre ceux que Saakashvili appelle ` les citoyens géorgiens, a-t-il dit.

De l'avis de Lavrov, la situation de l'Abkhazie et l'Ossétie du Sud n'est similaire à la situation au Kosovo qu'en surface. "Le Kosovo a également eu une guerre, une guerre longue et cruelle, qui, à notre avis, était totalement en désaccord avec les lois internationales. La guerre a été arrêté en 1999 grace aux Nations Unies et à la résolution 1244 honorée par la Serbie. Contrairement à l'Ossétie du Sud et l'Abkhazie, il n'y a pas de pression sur les Albanais du Kosovo. Il n'y a aucune raison de déclarer l'indépendance du Kosovo, » a déclaré Lavrov.

A la question de savoir si la Russie a été surprise de la réticence du monde à reconnaître l'indépendance de l'Ossétie du Sud et de l'Abkhazie, Lavrov dit : «La géopolitique ne nous concerne pas. Il est important de protéger les personnes, qui avaient été la cible de provocations et d'actes terroristes depuis les 20 dernières années ».

La Russie n'avait pas d'autre solution que de reconnaitre l'indépendance de l'Abkhazie et l'Ossétie du Sud dès que la Géorgie a refusé de discuter de leur statut, et a déclaré que la guerre n'était pas terminée, a dit Lavrov. L'OTAN et le Conseil de sécurité a refusé d'aborder le problème et a dit que la Géorgie serait réarmée, a déclaré le ministre. Ensuite, nous avons réalisé que nous avons été en mesure d'assurer la survie de l'Ossétie du Sud et l'Abkhazie uniquement par leur reconnaissance comme États indépendants».

Source : Der Spiegel / Rustavi2

A mourir de rire. Les Russes étant les seuls (avec Dubié) à encore vouloir faire croire que ce sont les autorités géorgiennes qui auraient provoqué cette guerre et que la Russie n'aurait agit que pour des raisons "humanitaires". Ah. Et je suppose que leurs refus répétés d'autoriser les observateurs de l'OSCE de pouvoir observer se qui se passe dans les deux territoires séparatistes géorgiens et d'enquêter sur ce qui s'y passa durant la guerre, c'est aussi pour protéger les populations locales...

La Géorgie n'a jamais cessé de vouloir discuter des problèmes Abkhazes et "Ossètes", que ce soit avec les autorités russes ou internationales. Ce sont les Russes, pour rappel, qui ont refusé toute discussion à ce sujet, et ce depuis plus de 5 ans, tout en multipliant les provocations, qu'elles soient politiques, économiques ou terroristes. Et lorsque les autorités politiques et militaires géorgiennes ont tenté de joindre leurs homologues russes et "ossètes" entre le 1er et le 7 août, voyant que la situation en "Ossétie" se dégradait sous les diverses attaques des milices "ossètes" contre les villages géorgiens d' "Ossétie", ils ont été ignorés, et pour cause: l'invasion russe de l'entièreté de la Géorgie était à l'ordre du jour... CQFD.

Lavrov est encore plus poutiniste que Poutine. Il est notoire que le ministre Lavrov, tout comme Poutine, hais les géorgiens. Ses mensonges à New-York lors des différentes réunions de l'ONU durant la guerre d'août n'en sont que la partie visible. Lavrov, depuis le début de la guerre, prône la désinformation systématique, en contrant chaque évidence par un mensonge aussi gros que possible. Mais qui (à part Josy Dubié) peut y croire? La presse russe "anti-poutine" est assez claire à ce sujet, connaissant bien le personnage "Lavrov", extrémiste et raciste anti-géorgiens et anti-tchétchène notoire. En tout cas, ce n'est pas lui qui recevra le prix Nobel de la Paix, c'est certain !

D.P.