22/02/2010

Manifestation / commémoration de la déportation des Tchétchènes et des Ingouches par Staline en 1944.

COMMUNIQUÉ

 

Bruxelles, le 21 février 2010

 

Manifestation / commémoration de la déportation des Tchétchènes et des Ingouches par Staline en 1944.

 

Ce mardi 23 février, comme chaque année, une manifestation est organisée pour marquer l'anniversaire de la déportation des Tchétchènes et Ingouches par Staline en 1944.


Cette année cependant, à cause des nombreux événements qui secouent le Caucase Nord, en Tchétchénie et en Ingouchie, mais aussi en Ossétie, au Daguestan, où Poutine et Medvedev agissent de manière très stalinienne avec les nombreux opposants - meurtres, disparitions, purges y sont quotidiens - nous devons ensemble dénoncer non seulement ces agissements inhumains contre les peuples du Caucase, mais aussi les carences des institutions internationales face aux abus massifs des droits de l'homme et des innombrables violations du droit international aux portes de l'Europe.


De même, nous nous devons de dénoncer les atrocités perpétrées en Géorgie par les forces d'occupation russes, et, en victimes ou en témoins, rappeler à tous qu'une guerre a encore cours en Géorgie, ce qui explique le soutien d'une grande partie de la diaspora géorgienne et sa présence lors de cette manifestation.

Depuis la « fin » de la guerre d'août 2008 durant laquelle la Russie s'est emparée de vingt pour-cent du territoire géorgien (intégrité territoriale reconnue par la totalité des membres de l'ONU y compris par la Russie en 1991), les abus des forces d'occupations russes et des régimes séparatistes soutenus par Moscou depuis 20 ans, restent très... préoccupants, et l'existence même de ces événements semble démontrer combien l'Europe démocratique est impuissante face à une Russie déterminée à recouvrer son hégémonie passée, au détriment des peuples qu'elle soumet, au détriment de l'Europe qu'elle manipule.


Date, heure : le 23 FEVRIER à 15 HEURES

Lieu de la manifestation : PLACE SHUMAN, 1040 BRUXELLES

Pour info : Nicolas Werth, Les crimes de masse sous Staline (1930-1953), Encyclopédie en ligne des violences de masse, [en ligne], publié le 28 décembre 2009, consulté le 22 février 2010, URL : http://www.massviolence.org/Les-crimes-de-masse-sous-Stal...-1930-1953, ISSN 1961-9898

Personne de contact : mail via ce blog (bouton « couriel » à gauche!)

 

Derek Prager

Tbilisite.skynetblogs

 

 

14/08/2009

visite soigneusement chorégraphiée de Poutine en Abkhazie

 

"La visite soigneusement chorégraphiée du premier ministre russe Vladimir Poutine en Abkhazie mercredi a été conçue pour envoyer un message clair à la Géorgie et à la communauté internationale."


Expo Rustaveli 06

M. Poutine a confirmé que la Russie est en Abkhazie pour  y rester, indépendamment des viols des accords de cessez-le-feu de la guerre de l'année dernière et indépendamment des tentatives désespérées de la communauté internationale de trouver une solution acceptable sur la situation finale de l'Abkhazie et l'autre région séparatiste d'Ossetie du sud.

M. Poutine a promis une somme de 500 millions de $ pour renforcer la présence militaire russe en l'Abkhazie, et toujours rien pour reconstruire et rénover une région qui en aurait pourtant grandement besoin. Infrastructures, business... Au lieu de cela, seuls les bases (illégales) militaires, navales et terrestres, ainsi que le renforcement des infrastructures de défenses et les patrouilles le long des "frontières" feront partie des investissements.

La visite de Poutine a donc eu des odeurs de "visite d'un empereur pour un pays nouvellement acquit"! Et peu importe les remontrances occidentales, l'administration russe n'en a que faire. La propagande orchestrée soigneusement (façon de parler) par Moscou qui accuse sans cesse la partie géorgienne de provocations aux frontières abkhazes et "ossètes" ne pouvant toujours pas être vérifiées par des observateurs occidentaux (l'EUMM en l'occurance), puisque toujours empêchés d'entrer dans les parties séparatistes de la Géorgie, elle peut raconter ce qu'ils souhaitent pour justifier leurs investissements et leurs augmentations de présence militaires.

Bien entendu, les dirigeants occidentaux ne sont pas dupes, mais les citoyens, loin des réalités pour beaucoup, ne peuvent qu'y croire et soutenir la politique impérialiste de Moscou, croyant encore que la Russie agit pour le bien des populations séparatistes, alors qu'elle profite de sa main-mise sur ces territoires pour en piller ses ressources et assoir ses positions dans le Sud Caucase, passage obligé des ressources pétrolières et gazières vers l'Europe.

Ce qu'il faut savoir aussi, et qui n'est malheureusement pas répercuté comme il se devrait dans nos médias - belges principalement - ce sont les tensions grandissantes entre Moscou et nombre de régions et pays du bloc ex-soviétique. Attentats meurtriers en Ingouchie, en Ossétie du Nord, au Daguestan, en Tchétchénie, c'est le Nord-Caucase qui lutte contre Moscou, et Moscou qui réprime violemment. Mais l'absence la plus étonnante dans nos quotidiens, c'est l'annonce faire par Medvedev de faire passer une loi le rendant seule autorité à décider d'une guerre contre un pays voisin à la Russie, ne devant plus, par conséquent, passer par la Douma ou Poutine. Gravissime.

Au lendemain de cette annonce, le président Medvedev a rapatrié l'ambassade russe de Kiev (Ukraine), accusant Viktor Iouchtchenko, président ukrénien, d'avoir soutenu la Géorgie durant la guerre de 2008, et d'avoir vendu des armes à la Géorgie. L'Ukraine, pays souverain, en avait bien entendu tous les droits, faut-il le présiser...

D.P. depuis Tbilissi.

N'hésitez pas à réagir...

 

 

11/03/2009

Luc Van den Brande enquête à Moscou

Luc Van den Brande enquête à Moscou: droits démocratiques de plus en plus respectés en Russie !

D' après  Konstantin Kossatchev,  président du Comité pour les Affaires internationales de la Douma, Luc Van den Brande et Theodoros Pangalos, en visite depuis lundi à Moscou pour le compte de l'APCE, ont constaté un progrès dans le développement du système politique russe. 

"Nous nous apercevons que sur toute une série de positions, les co-rapporteurs de l'APCE (Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe) constatent un progrès, qu'il s'agisse du perfectionnement du système politique en Russie, de la garantie de la liberté des médias, de l'indépendance du système judiciaire ou du travail du parquet" nous dit Konstantin Kossatchev.

Nous attendons de pouvoir lire le rapport qui sera officiellement remis  à l'ACPE pour prendre connaissance des détails de leur "enquête", si toutefois il est rendu publique. 

Ce qui est de notoriété publique, par contre, et qui semble ne pas avoir été mentionné lors de la conférence de presse de Messieurs Van den Brande et Pangalos à Moscou, c'est le nombre de meurtres politiques perpétrés contres des journalistes en Russie. Ce mois-ci, le mensuel d'opposition Sovercheno Sekretno a publié un article sur les disparus et les assassinés parmi les journalistes russe durant ces 15 dernières années:

- entre 1991 et 2006, 36 journalistes tués pour lesquels seulement 8 enquêtes furent ordonnées par le système judiciaire. Sur ces 8 enquêtes, seulement 4 aboutissent.

- en 2007 : 8 journalistes assassinés, souvent en pleine rue, en pleine journée, d'une balle dans la tête.

- en 2008 : 5 journalistes disparus, probablement tués eux aussi.

Tout cela sans parler d'actes d'intimidations, difficilement comptabilisables, mais rien que pour l'année dernière, 69 cas de journalistes physiquement attaqués ont été ressensés...

En 2009, suite aux meurtres de maître Markelov, l'ancien avocat d'Anna Politkovskaïa, la journaliste assassinée 2 ans plus tôt, et d'une autre journaliste stagiaire au Novaia Gazeta, un télégramme a du être envoyé au président Medvedev pour qu'il autorise les manifestations de soutien aux familles des deux victimes. Autorisation accordée, à condition de ne pas porter de signes, inscriptions ou autres pancartes...

Et il ne s'agit ici que de ce que l'on sait, et uniquement en ce qui concerne la presse. Mais si l'on comptabilise les assassinats, les emprisonnements, les manipulations, les intimidations, les chantages et autres menaces dont bon nombre d'opposants au régime de Poutine doivent faire face depuis 10 ans, ce n'est pas d'un article d'une page dont nous aurons besoin, mais bien de l'ensemble des pages du journal.

Par ailleurs, pour faire face à une montée grandissante de désirs de séparatismes dans le Caucase Nord (Ingouchie, Ossétie du Nord), le FSB (ex-KGB) a trouvé une solution toute simple : les faire passer pour des terroristes et les abattre lors d'opérations antiterroristes. Cela pose moins de problèmes que Guantanamo, et ne laisse pas de traces. Surtout dans nos journaux.

Le quotidien russe Ria Novosti :

MOSCOU, 11 mars -  243 extrémistes ont été tués par les services secrets dans le sud de la Russie en 2008, a fait savoir mercredi le Service fédéral de sécurité (FSB) dans un communiqué.

"243 terroristes, dont 23 chefs de gang, ont été abattus dans 29 opérations antiterroristes lorsqu'ils tentaient de résister aux forces de l'ordre", précise le communiqué.

"Les activités des gangs armés et des formations clandestines à caractère religieux et extrémiste dans le Caucase du Nord ainsi que la poussée des mouvements de jeunes néo nazis recourant à la tactique des violences extrémistes restent parmi les principales menaces terroristes en Russie", constate le FSB.