29/05/2010

Démocratie : l'exemple russe.

Russie : une démocratie révoltante.

 

Les parlementaires de la Douma, la chambre des députés russes, ont adopté pour y faire voter les lois, ce qui semble n'être qu'une "drôle de pratique digne d'un sketch" selon les rares média à avoir relevé l'info. 

Alors que seuls 88 députés étaient présents lors de la session, sur... 449 normalement, quelques députés volontaires devaient, en quelques secondes, courir de siège en siège afin de voter pour les absents. Mettant l'accent principalement sur le problème d'absentéisme, laissant de côté un problème extrêmement plus inquiétant qui, j'en suis persuadé, ne vous aura pas échappé: un problème extrêmement préoccupant (c'est le cas de le dire) de démocratie, nos média ont totalement sous-estimé la signification, la portée réelle d'une telle pratique, et de l'inexistance de toute forme de sanction.

Depuis toujours, la présidence russe critique avec cynisme les dirigeants pro-occidentaux de pays comme, par exemple (!), la Géorgie. Donneur de leçons de démocratie de premier ordre, Vladimir Poutine, depuis son arrivée au pouvoir, a utilisé toutes les resources de l'état et a usé de sa main-mise sur l'ensemble des forces politiques, économiques et militaires pour éliminer chaque opposant, ayant ainsi, aujourd'hui, une majorité de plus de 95% à la Douma. Qui, dans ces conditions, va dénoncer de telles pratiques? Celui qui a son frère patron de telle société d'état? Celui qui sait qu'il y a quelques images compromettantes dans son "dossier" entre les mains du FSB? Celui dont les pensées sont tournées autant vers Staline que vers Poutine? A la Douma, il n'y a pas de héros.

La portée réelle d'une telle pratique... Ce jour-là, il s'agissait d'un vote pour l'interdiction de l'alcool au volant. Ce jour-là. Mais d'autres jours fut adopté une loi autorisant la Russie à intervenir militairement partout où bon lui semble, tant qu'un citoyen russe y est en danger, en Russie et hors-Russie, ou une loi facilitant l'élimination de la concurrence de Gazprom, par exemple. Pour ces votes, aucune présence des députés n'est donc indispensable. Alors demain, quand Dmitri Medvedev, ou Vladimir Poutine décideront du sort d'une de leurs républiques "à problèmes" comme l'Ingouchie ou le Daguestan, puisqu'aucun représentant de ces régions n'est représenté dignement à la Douma, et puisqu'il n'y a personne pour contredire quoi que ce soit des décisions des "chefs",  ces républiques peuvent être du jour au lendemain à la merci de la 53ème armée? Et, après-demain, si d'ici-là personne ne réagit, en sera-t-il de même pour... la Pologne?

Ceci dit, déjà pour un vote sur l'alcool au volant, c'est gravissime. Mais comment parvenir à imaginer que nous, européens, nous puissions nous "rapprocher" de la Russie à l'image de la France, ou lui ouvrir son marché, ou leur signer un quelconque contrat, traité ou accord? Jusqu'où pouvons-nous leur faire confiance?

Ok, nos démocraties ne sont pas idéales. Manipulées, souvent aux mains de lobbies, mais dans lesquelles existent de nombreux mécanismes de protections, dans lesquelles les média en principe, dénoncent voire accusent et donc surveillent, protègent nos démocraties. En Russie, il n'y a pas de contre-pouvoir, il n'y a que le pouvoir, représenté par Medvedev, dirigé par Poutine. L'Histoire se répète, en s'adaptant . Le discours de nos grands média aussi, en s'adaptant... aux lois du marché.

Par contre, je n'ose imaginer ce qui peut arriver aux journalistes "coupables" d'avoir été témoins de cette pratique totalement révoltante, et de l'avoir diffusée sur Youtube.

D.P., d'après une brève de France Info

(J'ai encore la dernière image en date de Medvedev en tête: lors de la cérémonie du 9 mai, à ses côtés, il y avait Kokoïty, la marionnette russe de Tskhinvali... et Nino Burdjanadze, ex-PM à présent opposante de Saakashvili, cheffe du... "Parti Démocrate-Géorgie Unie", entre-autre! Quelle collaboration bénéfique pour la Géorgie l'opposition géorgienne va-t-elle chercher à Moscou?)

24/10/2009

Medvedev persiste, et signera une loi illégale aux yeux du "reste du monde", autorisant l'armée russe à intervenir où bon lui semble...


Le parlement russe fait passer le projet de loi sur l'utilisation de forces militaires à l'étranger...

La Douma a donc adopté le projet de loi sur la défense de ses citoyens hors-frontières. Les modifications apportées au projet de loi impliquent l'utilisation de forces militaires russes au-delà des frontières du pays.

Selon le point 10 de la loi sur la défense, les Forces armées de la Fédération de Russie seront autorisées à repousser une attaque contre des unités militaires russes, sur d'autres forces ou organismes stationnés en dehors de la Russie; à repousser ou à prévenir une attaque armée contre un autre Etat suite à une demande d'aide; protéger les citoyens de la Russie à l'étranger à partir d'une attaque armée contre eux.

Le projet de loi a été présenté au Parlement à l'initiative du président russe Dmitri Medvedev. Jusqu'au vote, aucune question n'a été soulevée lors de la discussion. Les députés ont unanimement soutenu la proposition de Medvedev. Le projet de loi doit passer par les mêmes procédures à la Chambre haute du parlement, le président devra ensuite la signer, et la nouvelle loi entrera en vigueur dès la nouvelle année.

D.P. d'après Rustavi2 et Ria Novosti

 

 

 

12/09/2009

Medvedev critique la politique post-sovietique de Poutine...

La politique de Poutine critiquée par Medvedev dans une tribune publiée hier à Moscou

Que se cache-t-il derrière les critiques qu’a formulées le Président Medvedev à l’encontre de son propre pays, hier, et publiées dans la plupart des médias russes?

«  Une économie inefficace, une sphère sociale à demi soviétique, une démocratie faible, des tendances démographiques négatives, et un Caucase instable. Ce sont de très gros problèmes, même pour un État tel que la Russie. » Il reproche aussi à la politique de Poutine – puisque c’est de cela qu’il s’agit concrètement – que la dépendance aux matières premières est humiliante, que le gouvernement est excessivement trop présent dans la société et l’économie, et il condamne « des siècles de corruption débilitante ».

Comment doit-on lire ces propos? Veut-il récupérer sa place de Président en se démarquant de son premier ministre encombrant? C’est ce que pensent beaucoup d’experts et autres éditorialistes, mais c’est sans doute trop simpliste tellement cela peut sembler évident. La Douma est presque totalement et exclusivement dévouée à Poutine, et Medvedev aurait besoin d’un plus large soutien au sein du gouvernement pour espérer obtenir plus d’autorité. A moins bien entendu que le Président Medvedev, par ce discours, tente de « récupérer » les mécontents du Kremlin...

La situation de crises dans laquelle se trouve la Russie étant ce qu’elle est, gravissime, il est clair que la politique doit prendre un virage au moins équivalent, mais certainement plus radical que celui effectué lors de la chute du mur en 1989, lorsque le monde soviétique s’est (soi-disant) écroulé. L’économie, trop dépendante des cours des hydrocarbures qui ont énormément chutés depuis début 2008, associée à la crise mondiale, et aux crises dans le Caucase - Ingouchie, Tchétchénie, Daguestan, Ossétie du Nord qui tous aspirent à plus de démocratie, et donc aimeraient s'éloigner de Moscou - c'est plus complexe que ça, mais ça résume la situation explosive du nord-Caucase, tout cela oblige Moscou à puiser dans les réserves fédérales à coup de milliards de roubles pour renflouer ce qui est encore renflouable, et pour financer les conflits. Medvedev annonce son projet de démanteler les grands groupes industriels protégés et financés par Poutine depuis plus de 10 ans, et parle de « système politique ouvert, flexible et intérieurement plus complexe »...

En même temps, il tente de faire passer une loi qui permettrait à la Russie, sous son ordre exclusif, d’ intervenir dans tout pays, militairement s’entend, pour protéger ses ressortissants. Cynique après ce qu’il a fait en Géorgie, et dangereux pour ce qu’il peut décider pour l’Ukraine, ou les pays baltes... L’octroie de passeports russes aurait-il débuté aussi dans ces régions, ainsi qu’ils l’ont fait il y a 4 ans en Abkhazie et en « Ossétie du Sud », donnant alors un prétexte supplémentaire à l’invasion de la Géorgie?

La présente tentative de Medvedev, « montrer au monde » qu’il y a une facette démocratique au sens occidental du terme au Kremlin, peut donc être interprétée très différemment selon que l’on puisse croire que la Russie post-soviétique est à ce jour capable de rentrer dignement – enfin ! - dans le XXIème siècle, ou non. La Russie nous montre chaque jour qu’ils n’ont aucunement l’intention de changer quoi que ce soit dans leur politique étrangère, que du contraire. Le non-respect de tous les traités signés en faveur de la Géorgie, l'implantation de bases militaires dans les territoires occupés, Medvedev et Poutine qui ont du faire face aux critiques de l’ONU, des USA et de l’UE pour leurs visites récentes dans ces territoires nous montrent au contraire que le Kremlin n’a aucune intention de respecter quoi que ce soit, ni les lois internationales, ni aucun droit constitutionnel. Parce que l’enjeu est de taille, et que la première puissance, celle qui dirige de fait la Russie, le FSB de Poutine, est totalement opposée à tout changement.

D.P.

 

17/06/2009

Grave! OBAMA est insulté par un député de la Douma...

 

Le député Sergei ABALSEV insulte OBAMA et son conseiller Gordon .

Je cite :

" Je recommande à GORDON (conseiller du président OBAMA pour les questions eurasiennes - Russie/Géorgie e.a.) de faire changer son nom en « CONDOM », et je conseille au Président (Obama) d'ouvrir un sex-shop à la Maison Blanche, et utiliser tout cela avec sa femme."

"Ce n'est pas de la politique ce qu'OBAMA fait, alors je leur recommande de planter des concombres et des carottes autour de la Maison Blanche au lieu de faire de la politique."

Après s'être fait fortement critiquer par la communauté internationale pour avoir posé son véto avant-hier au Conseil de sécurité de l'ONU, empêchant la prolongation des missions en Géorgie, y compris dans les provinces séparatistes, la Russie se déchaîne. Bien entendu, ce genre de discours est assez habituel de la part des dirigeants russes. Souvenez-vous de ce que poutine a dit, plus d'une fois, devant des millions de téléspectateurs et devant... Sarkozy, je cite : «Saakachvili, je vais pendre par les couilles». Cette petite phrase de Poutine a été largement diffusée par les média à l'époque, j'espère que celle de son député ABALSEV le sera tout autant, et nous attendons tous la réaction du Président Obama et, accessoirement, de Poutine ou de Medvedev.

Peut-on s'attendre à des sanctions de la part de l'administration américaine? Peut-être. Ce serait normal. Pourtant, en y réfléchissant, est-ce plus ou moins grave que d'envahir et occuper un pays voisin, de protéger un nettoyage ethnique, de baffouer les lois internationales?

Allez, finalement, tout cela n'est pas bien important, tant que l'Europe peut s'approvisionner en gaz et en pétrole, il n'y a pas de soucis à se faire! Ah oui mais là, il y a un autre problème : la Biélorussie s'est vu interdire l'exportation de ses produits laitiers en représaille de sa non-reconnaissance des provinces séparatistes, et du coup les biélorusses menacent de couper les robinets du gaz en transit par chez eux vers l'Europe...  Super!

D.P.

 

26/05/2009

Abkhazie: l'opposition met en question l'entente avec Moscou

L'opposition abkhaze met en question l'entente avec Moscou

Les mouvements de l'opposition abkhaze "remettent en question l'existence de l'Abkhazie en tant qu'Etat indépendant", lit-on lundi dans le quotidien Kommersant.

"La vente des sites vitaux pour l'Abkhazie se soldera par une soumission de la république à la Russie" écrit le rédacteur en chef du journal indépendant "Pravda de Tchegem" Inal Khachig. "Tout le monde comprend que l'intérêt de la Russie envers l'Abkhazie est énorme et que les compagnies russes tenteront de s'emparer de tout ce qu'ils peuvent ici".

"On tente de nous faire croire qu'on nous a offert l'indépendance et que nous devons payer pour ça. Ce n'est pas pourtant le cas", a récemment annoncé Astamour Tania, coprésident du parti Forum de l'unité populaire d'Abkhazie. L'Abkhazie est selon lui devenue un Etat souverain, parce qu'elle avait toujours gardé l'indépendance de ses décisions: "Pendant une époque, nous avions des relations tendues avec la Russie. Si nous avions fait tout que les représentants de Moscou nous disaient, l'Abkhazie serait aujourd'hui une république autonome au sein de la Géorgie et accueillerait un contingent de l'OTAN".

La récente visite du président de la Douma (chambre basse du parlement russe) Boris Gryzlov à Soukhoumi, la "capitale" abkhaze, n'a fait que jeter de l'huile sur le feu. Celui-ci a déclaré que l'Abkhazie lancerait dans un avenir proche l'extraction de matières inertes pour les Jeux olympiques de 2014 et que la Russie logerait dans la république 100.000 ouvriers chargés de la construction de Sotchi. Plusieurs médias abkhazes ont critiqué les plans russes, tandis que l'opposition annonçait que l'Abkhazie était destinée au repos des touristes et pas au logement gratuit des travailleurs immigrés.

"Les partenaires russes ne comprennent malheureusement pas les traits spécifiques de l'Abkhazie, c'est pourquoi chaque visite de ce type fait surgir chez nous un grand nombre de problèmes", a reconnu un fonctionnaire du gouvernement abkhaze sous couvert d'anonymat.

Nezavissimaïa gazeta et Kommersant

Bientôt, nous reparlerons de l'Abkhazie : opposants ou non, leurs plaintes à l'encontre de la Russie, justifiées, ne portent que sur l'économie, le pillage des Russes sur leur province. Des questions de pognons. Mais quand seront-ils prêts à dénoncer leurs propres crimes perpétrés par leurs milices sous protection russe: les nettoyages ethniques contre les populations non-abkhazes, particulièrement contre les géorgiens encore présents dans la province séparatiste, et qui sont légion dans la zone de Gali, le long de la "frontière" entre les provinces mingrèle et abkhaze, et dans la vallée de Kodori d'où ils viennent encore de chasser les derniers géorgiens à y vivre: des moines expulsés de leur abbaye avec l'aide des soldats russes.

Nous reparleront en ces termes aussi à propos de l'Ossétie du Sud (Samatchablo).

Et nous rappelerons aussi que les autorités géorgiennes, ces dernières années, ont toujours proposé aux deux provinces d'être autonomes au sein de la Géorgie, en toute liberté. Comme nous rappelerons que les autorités géorgiennes ne refuseront pas d'avoir des relations normales avec la Russie, sauf que cette Russie s'en prend ouvertement à la Géorgie en manipulant les autorités séparatistes depuis plus de 10 ans...

  Il n'y a pas de mouvement anti-russes, il n'y a pas de mouvement anti-abkhazes ou ossètes. Cela n'a jamais été une question d'ethnie pour les géorgiens, mais une question de territoire.

Si les ossètes sont venus du nord pour s'installer du côté ensoleillé du Caucase il y a plus de 150 ans, et que les géorgiens les ont accepté sans réticences dans la province de Samatchablo, respectant leurs coutumes et leur langue, ce n'est pas pour qu"ensuite ils revendiquent ce territoire. Et même en admettant l'inadmissible, qu'ils aient des droits sur cette terre géorgienne, ont-ils fait le bon choix en se laissant piloter par les autorités russes? Ils n'ont pas eu de choix à faire. Poutine a fait le choix pour eux, et les ossètes en sont autant  coupables que victimes. Coupables d'avoir laissé Kokoïty au pouvoir et d'avoir plus que collaboré aux plans de nettoyage ethnique, et victimes car la Russie transforme l' "Ossétie du Sud" en une province russe pillée par les russes et où les spécificités ethiques ossètes sont anihilés par une éducation 100% russophone...

D.P.

11/03/2009

Luc Van den Brande enquête à Moscou

Luc Van den Brande enquête à Moscou: droits démocratiques de plus en plus respectés en Russie !

D' après  Konstantin Kossatchev,  président du Comité pour les Affaires internationales de la Douma, Luc Van den Brande et Theodoros Pangalos, en visite depuis lundi à Moscou pour le compte de l'APCE, ont constaté un progrès dans le développement du système politique russe. 

"Nous nous apercevons que sur toute une série de positions, les co-rapporteurs de l'APCE (Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe) constatent un progrès, qu'il s'agisse du perfectionnement du système politique en Russie, de la garantie de la liberté des médias, de l'indépendance du système judiciaire ou du travail du parquet" nous dit Konstantin Kossatchev.

Nous attendons de pouvoir lire le rapport qui sera officiellement remis  à l'ACPE pour prendre connaissance des détails de leur "enquête", si toutefois il est rendu publique. 

Ce qui est de notoriété publique, par contre, et qui semble ne pas avoir été mentionné lors de la conférence de presse de Messieurs Van den Brande et Pangalos à Moscou, c'est le nombre de meurtres politiques perpétrés contres des journalistes en Russie. Ce mois-ci, le mensuel d'opposition Sovercheno Sekretno a publié un article sur les disparus et les assassinés parmi les journalistes russe durant ces 15 dernières années:

- entre 1991 et 2006, 36 journalistes tués pour lesquels seulement 8 enquêtes furent ordonnées par le système judiciaire. Sur ces 8 enquêtes, seulement 4 aboutissent.

- en 2007 : 8 journalistes assassinés, souvent en pleine rue, en pleine journée, d'une balle dans la tête.

- en 2008 : 5 journalistes disparus, probablement tués eux aussi.

Tout cela sans parler d'actes d'intimidations, difficilement comptabilisables, mais rien que pour l'année dernière, 69 cas de journalistes physiquement attaqués ont été ressensés...

En 2009, suite aux meurtres de maître Markelov, l'ancien avocat d'Anna Politkovskaïa, la journaliste assassinée 2 ans plus tôt, et d'une autre journaliste stagiaire au Novaia Gazeta, un télégramme a du être envoyé au président Medvedev pour qu'il autorise les manifestations de soutien aux familles des deux victimes. Autorisation accordée, à condition de ne pas porter de signes, inscriptions ou autres pancartes...

Et il ne s'agit ici que de ce que l'on sait, et uniquement en ce qui concerne la presse. Mais si l'on comptabilise les assassinats, les emprisonnements, les manipulations, les intimidations, les chantages et autres menaces dont bon nombre d'opposants au régime de Poutine doivent faire face depuis 10 ans, ce n'est pas d'un article d'une page dont nous aurons besoin, mais bien de l'ensemble des pages du journal.

Par ailleurs, pour faire face à une montée grandissante de désirs de séparatismes dans le Caucase Nord (Ingouchie, Ossétie du Nord), le FSB (ex-KGB) a trouvé une solution toute simple : les faire passer pour des terroristes et les abattre lors d'opérations antiterroristes. Cela pose moins de problèmes que Guantanamo, et ne laisse pas de traces. Surtout dans nos journaux.

Le quotidien russe Ria Novosti :

MOSCOU, 11 mars -  243 extrémistes ont été tués par les services secrets dans le sud de la Russie en 2008, a fait savoir mercredi le Service fédéral de sécurité (FSB) dans un communiqué.

"243 terroristes, dont 23 chefs de gang, ont été abattus dans 29 opérations antiterroristes lorsqu'ils tentaient de résister aux forces de l'ordre", précise le communiqué.

"Les activités des gangs armés et des formations clandestines à caractère religieux et extrémiste dans le Caucase du Nord ainsi que la poussée des mouvements de jeunes néo nazis recourant à la tactique des violences extrémistes restent parmi les principales menaces terroristes en Russie", constate le FSB.