15/11/2009

RÉACTION de la Géorgie à l'enquête indépendante internationale - RAPPORT SUR LA GUERRE D'AOUT 2008

Rapport Tagliavini : les conclusions biaisées de la propagande russe envahit les médias occidentaux 3 jours avant la remise officielle du rapport aux instances européennes. AFP n'y voit que du feu, la presse relaie massivement, les conclusions de Tbilissi sont passées sous silence.

Voici la réaction officielle de Tbilissi.

La Commission confirme que la Russie a envahi la Géorgie avant que la Géorgie ait pris des mesures militaires. Il confirme également que les civils géorgiens et les casques bleus ont été attaqués, sur le sol géorgien, avant le 7 août. Le rapport donne également de nombreuses preuves de renforcement militaire de la Russie dans les mois précédant août 2008, et des provocations politiques de la Russie qui a violé la souveraineté géorgienne et le droit international. En outre, la Commission confirme que les forces pro-russes ont entrepris un nettoyage ethnique des citoyens géorgiens.

Le rapport confirme également que l'opération militaire russe en 2008 semble bien avoir été planifiée, confirmant la plupart des analyses. La plan de l'opération a été validé dans la pratique au cours des exercices militaires russes « Kavkaz-2008 » (et les exercices précédents depuis 2005).

Le fait le plus important, documenté par la Commission, est que les armées régulières des forces russes et des mercenaires ont franchi illégalement la frontière géorgiennes avant le 8 août 2009. La Commission écrit: «Il semble y avoir eu un afflux de volontaires ou de mercenaires en provenance du territoire de la Fédération de Russie vers l'Ossétie du Sud par le tunnel de Roki et sur la chaîne du Caucase au début du mois d'août, ainsi que la présence de certaines forces russes en Ossétie du Sud, autre que le bataillon JPKF russe [maintien de la paix], avant 14.30 heures le 8 août 2008. "

Le gouvernement regrette que, bien que la Commission ait pu démontrer que les troupes russes ont été présentes illégalement en Géorgie, elle ne parvient pas à appeler cela une invasion. C'est pourtant cette invasion qui a déclenché le conflit. Le fait d'avoir prouvé la présence illégale sur le territoire souverain de la Géorgie de troupes russes ne faisant pas partie des forces de maintient de la paix, en violation de tous les accords internationaux, sans que cela soit nommé « invasion ».

Le rapport réfute les raisons que la Russie a données pour justifier l'invasion de la Géorgie. En particulier, la Russie a fait valoir que plus de 2.000 personnes avaient été tuées en Ossétie du Sud, et qu'il a ordonné l'invasion afin de prévenir le génocide, tel était le prétexte pour leurs actions. Mais le rapport confirme que ces réclamations des Russes étaient purement et simplement des mensonges.

La Commission n'a pu vérifier un autre prétexte de la Russie: que ses soldats auraient été attaqués. En revanche, les soldats de la paix géorgiens ont été visés et tués tôt le 7 août. L'invasion a par conséquent commencée avant que les forces de maintien de la paix russes aient été impliquées dans des hostilités armées.

Le rapport rejette également le concept de la Russie de protéger ses citoyens à l'étranger dans le cadre de ce conflit, un autre sous- prétexte pour justifier la guerre: il met en lumière la politique de passeports russes distrinués (dès 2007) en Ossétie du Sud, et dit clairement que les Ossètes du Sud ont reçu des passeports russes en violation de la souveraineté géorgienne. La Fédération de Russie a donc « fabriqué » des citoyens à protéger (prouvant la préméditation). Le rapport documente en détail le renforcement militaire russe dans les mois précédant l'invasion, ainsi que la fourniture par la Russie de l'assistance militaire et de sécurité vers l'Ossétie du Sud et les forces irrégulières abkhaze avant le 7 août 2008. Il documente également l'intensification des provocations politiques, économiques, juridiques et autres. Une citation caractéristique de ce rapport: "L'attribution massive de la citoyenneté russe aux ressortissants géorgiens et la fourniture de passeports à grande échelle sur le territoire géorgien, y compris ses provinces séparatistes, sans le consentement du Gouvernement géorgien ... constitue un défi ouvert à la souveraineté géorgienne et une ingérence dans les affaires intérieures de la Géorgie. "

Le rapport va dans les détails pour confirmer une chose évidente: la Russie a envahit la Géorgie, la Géorgie n'a pas attaqué la Russie ou de tout autre pays. Parmi ses principales conclusions :

  • La Commission a trouvé des preuves qu'au moins certaines unités des forces russes régulières ainsi que des milices ont pénétré en territoire géorgien souverain avant le 8 août. Ce qui constitue une intrusion illégale.

  • Plus précisément, comme mentionné précédemment, le rapport dit: "il semble y avoir eu un afflux de volontaires ou de mercenaires en provenance du territoire de la Fédération de Russie en l'Ossétie du Sud par le tunnel de Roki et sur la chaîne du Caucase au début d'août, ainsi que la présence de certaines forces russes en Ossétie du Sud, autre que le JPKF russe [maintien de la paix] bataillon, avant 14.30 heures le 8 août 2008. "

  • La Commission a également prouvé que les forces séparatistes ont été armées et entraînées par la Russie, au mépris du droit international et des obligations de maintien de la paix de la Russie.

  • Le rapport souligne également que les forces séparatistes pro-russe ont violé les lois internationales en attaquant des civils géorgiens dans les jours précédant le 7 août.

  • Le rapport conclut: «Le poids politique et militaire nettement supérieur de la Russie a renversé le bilan de ce qui aurait été possible autrement, en termes d'arrangements entre Tbilissi et ses deux provinces séparatistes. »

Le gouvernement est en désaccord avec la Commission qui écrit que la Géorgie a utilisé une force excessive et disproportionnée dans la défense des civils géorgiens, alors que la Commission démontre par ailleurs clairement que des attaques illégales sur ces civils ont eu lieu, et de plus, avant le 7 août. Aucun gouvernement démocratique ne peut survivre si, lorsque des forces étrangères envahissent son territoire, il ne parvient pas à défendre ses citoyens. La Géorgie a agi comme toute nation démocratique aurait agit: un fait qui est impossible pour un observateur raisonnable de nier.

Bien que le rapport reconnaisse que la Russie ait armé et soutenu et Tskhinvali et les séparatistes abkhazes, il évite d'en attribuer la responsabilité à la Fédération de Russie. Alors que les preuves extrêmement nombreuses démontrent le contrôle direct de la Russie sur les autorités séparatistes.

En outre, tout en reconnaissant le renforcement militaire et l'assistance aux séparatistes, et de même l'afflux de mercenaires attaquant des populations civiles, le rapport omet de mettre en évidence les violations flagrantes commises par les soldats de la paix russes - bien que toutes ces actions ont été strictement interdite par tous les accords internationaux. De plus, la Géorgie a fourni au Conseil les nombreuses preuves démontrant que des soldats de la paix russes ont directement coordonnés les attaques avec les forces irrégulières avant le 7 août, y compris la coordination d'attaques sur des villages contrôlés par le gouvernement géorgien.

En ce qui concerne l'invasion de l'Abkhazie et le reste de la Géorgie, le rapport confirme que la Russie n'a pas pris la peine de fabriquer un prétexte, et était en violation directe et flagrante du droit international.

Le rapport confirme aussi le nettoyage ethnique envers les citoyens géorgiens uniquement. Ce nettoyage ethnique a eu lieu sur le territoire géorgien tandis que gardiens de la paix russes, en vertu du droit international, sont responsables de la sécurité sur cette partie du territoire d' « ossétie du sud ».

En termes d'efforts de prévention, la Commission défend les efforts de la Géorgie pour tenter de prévenir le conflit. Le rapport a confirmé que le Gouvernement géorgien a exercé d'intenses efforts diplomatiques soutenus pendant de nombreux mois avant la guerre pour apporter une solution pacifique et éviter une invasion russe de la Géorgie. Malheureusement, ces demandes ont été bloquées par la Fédération de Russie et ses mandataires.

Le rapport indique clairement que la reconnaissance des régions géorgiennes d'Abkhazie et d'Ossétie du Sud par la Russie est une violation flagrante du droit international.

Globalement, le rapport confirme que la Russie a commis des actes d'agression contre un État souverain, et de ce fait a gravement violé le droit international, y compris la Charte des Nations Unies, l'Acte final d'Helsinki, les résolutions du Conseil de sécurité des Nations Unies ainsi que sa propre Constitution au Code criminel.

Aujourd'hui, l'occupation russe de la Géorgie se poursuit, en violation du droit international et de l'accord de cessez-le feu en six points signé le 12 août 2008, et, en particulier, défiant l'exigence que les forces russes ont de se retirer sur leurs positions ex ante.

La Russie est, en effet, à la poursuite de son plan visant à terme à annexer ces territoires géorgiens.

La présence de l'ONU ainsi que des missions de surveillance de l'OSCE ont été unilatéralement bloquées par la Russie. La Russie a également refusé d'autoriser le retour sûr et digne des personnes déplacées et des réfugiés; Pendant ce temps, ceux qui vivent encore en territoires occupés souffrent de l'oppression. Le nettoyage ethnique de Géorgiens dans les territoires occupés par la Russie se poursuit.

 

02/06/2009

Pourquoi je ne voterai pas ECOLO aux élections européennes.

Pourquoi je ne voterai pas ECOLO aux élections européennes.

mis à jour le 03 juin, 9h30

Voici un extrait des propositions du groupe ECOLO pour les élections européennes de ce 7 juin, concernant le Caucase et la Russie: un désastre politique du à l'ignorance des réalités de terrain et aux informations tronquées du sénateur sois-disant écolo Josy Dubié qui, heureusement, ne se représente plus aux élections cette année (mais est relayé par son frère Jean-Claude Defossé...).

A voir sur le site du parti ECOLO :

Les récents événements dans la région de même que la guerre russo-géorgienne ont montré que les « conflits gelés » et la question des minorités nationales n’ont pas été résolus depuis la fin de la guerre froide. Ce conflit déclenché par la Géorgie (1) a exalté les tensions existantes, démontrant la volonté de la Russie de s’imposer dans la région et ce particulièrement vis-à-vis de ses anciennes républiques, même si cela implique le recours à des mesures violentes, mais aussi le rôle ambigu de l’Union européenne ou de certains de ses Etats-membres dans les relations avec les ex-républiques soviétiques à tendance prooccidentale. A cela s’ajoute bien évidemment un ensemble d’enjeux géostratégiques, où les Etats-Unis se servent sans scrupules de la Géorgie (2) pour contourner la main mise russe sur l’exportation des immenses ressources gazières et pétrolières de la région de la mer Caspienne (3).

Par ailleurs, le surarmement de la Géorgie s’est opéré avec la complicité de plusieurs pays, dont certains Etats européens, les Etats-Unis et Israël (4)

La situation géorgienne a en outre montré qu’il convient, en toutes circonstances, de favoriser la voie du dialogue et de la coopération, de préférence au niveau européen : le recours à des moyens militaires ne favorise pas les solutions durables, mais qui plus est, il entraine de trop nombreuses victimes civiles.(5)

La Russie, d’un côté, doit accepter l’actuelle configuration « post-impérialiste » et multipolaire, tandis que la communauté internationale, de l’autre côté, et plus particulièrement l’Union européenne, doit se montrer plus modérée dans son soutien actuellement trop inconditionnel à des pays tels que la Géorgie (6), et favoriser la coopération avec la Russie plutôt que son isolement. Il y a lieu en effet, tout en dénonçant sans équivoque les violations de droits de l’homme en Russie lorsqu’elles existent, d’éviter la confrontation avec ce pays au profit d’un dialogue ferme, critique mais constructif (7). Il convient en outre d’imposer des critères stricts en matière de droits de l’homme et de démocratie, notamment avant d’envisager une quelconque possibilité d’élargissement de l’OTAN. En effet, tel que mentionné précédemment (voir supra « Veiller à ce que l’OTAN reste subordonnée à l’ONU et ne devienne pas un instrument d’intervention militaire »), toute nouvelle perspective d’adhésion à l’OTAN ne peut s’envisager si elle est susceptible de constituer un risque pour la coexistence pacifique entre les pays voisins et/ou membres de l’OTAN (8)

  1. « Ce conflit déclenché par la Géorgie » : c'est nier ce que tous les observateurs ont dénoncé longtemps avant le début des hostilités d'août, avec le nombre considérable de provocations russes dans les provinces séparatistes alors même que, depuis plus de 5 ans, nombre de propositions et de demandes de dialogues de la part de la Géorgie ont été systématiquement refusées par la Russie, et que l'Europe faisait la sourde oreille pour protéger ses intérêts gaziers avec la Russie.

    Qu'a fait l'Europe lorsque la Géorgie, membre du Conseil de l'Europe, a dénoncé la distribution de passeports russes dans les territoires séparatistes, donc à l'intérieur d'un territoire européen? Rien. Qu'a fait l'Europe lorsqu'un Mig a abattu un drone géorgien qui volait au-dessus de son propre territoire, c'est à dire en Europe? Y a-t-il eu sanctions ou remarques faites aux Russes pour violation de l'espace aérien géorgien, pourtant dénoncée par les (preuves radar) observateurs européens sur place ? Non, rien. Seuls les Etats-unis ont réagi pour soutenir Tbilissi et son intégrité territoriale.

  2. «  où les Etats-Unis se servent sans scrupules de la Géorgie... » : pourquoi cette formule unidirectionnelle et radicale? La Géorgie a besoin des Etats-Unis autant que les Etats-Unis ont besoin de la Géorgie. Les accords de coopérations entre les deux pays existent depuis de nombreuses années, et ont même débutés avec Shévardnadzé. Accords commerciaux, militaires et énergétiques, l'Europe se contentant d'observer et, en tout point, sans critiquer ni Tbilissi ni Washington pour ses accords. Les européens auraient du en faire autant afin de ne pas isoler la Géorgie entre Russie et USA.

  3. «  ... pour contourner la main mise russe sur l'exportation des immenses ressources gazières et pétrolières de la région de la mer Caspienne »: ignorance de la réalité : les ressources en hydrocarbures de la Caspienne n'ont justement pas de mains-mise russe (étant contrôlées par l'Azerbaidjan et l'Iran) et c'est la raison première de la tentative d'invasion de la Géorgie par la Russie! 

  4. « le surarmement de la Géorgie s'est opéré avec la complicité de plusieurs pays, dont certains Etats européens, les Etats-Unis et Israël » ... Et alors? Un état souverain n'a-t-il plus le droit de s'armer pour se protéger? Et que veut dire « surarmement »? L'armée géorgienne, avant les accords de coopérations militaires avec les States, n'existait pour ainsi dire pas. Le budjet de la défense était de 50 millions de $ en 2004 et est passé à 850 millions de $ en 2007. Pour vous donner une idée de ce que cela représente, la Belgique en a dépensé 2.53 milliards pour un territoire en "zone de paix durable", plus de deux fois plus petit que la Géorgie, et avec une armée déjà équipée depuis longtemps, alors que l'armée géorgienne devait partir de zéro. Notons par ailleurs qu'il n'y a pas d'aviation mais juste quelques hélicoptères, qu'il n'y a pas de marine mais uniquement quelques patrouilleurs des gardes côtes - coulés par les russes en août dans le port de Poti alors qu'ils n'étaient pas une menace, étant à quai!   Avec l'aide de qui la Géorgie devrait-elle se défendre si l'Europe ne la soutient pas? Sans matériel de défense, c'est tout le pays, et non seulement les deux provinces géorgiennes séparatistes, qui serait devenu province russe! Si Tbilissi avait été soutenue fermement et unilatéralement non seulement par Washington mais aussi par Bruxelles (afin de ne pas isoler la Géorgie entre Russie et USA...), il en aurait été autrement et la guerre d'août n'aurait certainement pas pu se développer. Mais surtout, si Poutine ne menait pas de politique agressive, personne n'aurait ni le besoin ni l'envie de s'en protéger et de vouloir rentrer, pour ce faire, au sein de l'Otan.

  5. « La situation géorgienne a en outre montré qu'il convient, en toutes circonstances, de favoriser la voie du dialogue et de la coopération, de préférence au niveau européen...  » Une des nombreuses contradictions des écolos ! C'est ce que Tbilissi demande depuis des années aux européens !!! Et c'est pour ne pas avoir pris au sérieux les menaces dénoncées par la Géorgie au Conseil de l'Europe, pour ne pas avoir écouté les très nombreuses demandes de la Géorgie d'envoyer des soldats de la paix européens en Abkhazie et en Ossétie, et non uniquement des « soldats de paix » russes, pour ne pas avoir aidé Tbilissi dans leurs - à nouveau très nombreuses - propositions de résolutions de conflit, qu'il a été possible pour la Russie de s'installer définitivement en Géorgie ! C'est pour ces raisons que Tbilissi a fait confiance à Washington car les States, au moins, ont toujours écouté et soutenu la Géorgie, bien entendu, mais aussi AGI, contrairement à l'Europe occidentale (malgré les recommandations des ex-pays du bloc soviétique, tels la Pologne, les pays baltes ou la Tchéquie qui savent trop bien à qui ils ont affaire avec Poutine)

  6. « Union européenne doit se montrer plus modérée dans son soutien actuellement trop inconditionnel à des pays tels que la Géorgie » : ...et qui va défendre les peuples "revendiqués" par Poutine? ...et quelles sont les conditions que les écolos mettraient sur la table des négociations entre Russes et Géorgiens? On donne 20% du territoire géorgien aux Russes et après on discute? C'est justement parce que l'Europe a été TROP MODEREE que les plans d'annexion des provinces séparatistes ont pu se mettre en place, petit à petit, par les stratèges russes et le FSB !

  7. «  d'éviter la confrontation avec ce pays (la Russie) au profit d'un dialogue ferme, critique mais constructif » L'Europe ne sera jamais forte ou crédible si elle est lâche. L'Europe doit s'affirmer. Les provocations russes, qu'elles soient à propos de la Géorgie ou des autres pays du Sud-Caucase ou des républiques du Nord-Caucase, de l'Ukraine, des pays baltes, ou des conflits gaziers de cet hiver ne trouveront pas de réponses dans un « dialogue ferme, critique mais contructifs ». Poutine en n'a rien à faire de ce que pensent les européens. Ils ne se gêneront pas pour s'en prendre à qui ils le veulent, tel qu'ils l'ont toujours fait. Medvedev n'a-t-il pas déclaré, fin août, "La Russie n'a aucune peur d'une nouvelle guerre froide"?

  8. «  toute nouvelle perspective d’adhésion à l’OTAN ne peut s’envisager si elle est susceptible de constituer un risque pour la coexistence pacifique entre les pays voisins et/ou membres de l’OTAN » : Là aussi, si l'Europe avait fait sont travail avec pertinence et intelligence, la Géorgie n'aurait pas besoin de l'OTAN pour garantir la sécurité de son territoire. Maintenant, pour avoir laissé Poutine et consors mener sa politique anti-occidentale (sauf pour les hydrocarbures!), il faudra que l'Europe, tout comme les Etats-unis, la Chine et d'autres, s'impose dans le Caucase pour y régler, le plus diplomatiquement possible, les autres conflits en attente de solution. Je pense au Haut Karabagh disputé par les arméniens et les azéris, et je pense aussi à l'Ingouchie qui souhaite de plus en plus s'éloigner de Moscou, à la Tchétchénie qui n'est pas du tout sortie indemne de sa guerre avec Moscou, etc....

 

Conclusions :     

Le projet européen du parti ECOLO concernant le Caucase est bourré de contradictions, méconnaissant égoïstement les réalités de terrain. Les Ecolos prennent délibérément parti contre la politique géorgienne de rapprochement à l'Europe et à l'Occident en général, prenant plus aisément la défense de l'agresseur plutôt que de l'agressé, par peur du voisin russe maffieux et belliqueux, niant le besoin de justice pourtant indispensable à l'équilibre dans la région. Lors de notre entretien avec la secrétaire générale du parti Ecolo, Madame Isabelle Durant, nous lui avions expliqué ces réalités. Les nombreuses résolutions du Conseil de l'Europe et de l'ONU nous donnant raison sur la quasi-totalité de nos prétentions, je n'arrive pas à comprendre l'acharnement des écologistes belges contre Tbilissi et, par voies de conséquences, contre les choix de toutes les anciennes républiques soviétiques qui souhaitent sortir définitivement de l'influence russe. 

Dubié a royalement - si j'ose dire - foutu le bordel dans la politique internationale du parti, c'est vrai, mais comment les autres mandataires écolos n'ont-ils pas été plus méfiants vis-à-vis de lui, alors que l'on sait bien que Dubié est, toute proportion gardée, un extrémiste notoire que personne n'écoute à part les nostalgiques de l' "âge d'or de la RTBF"?

Il m'est par conséquent impossible de donner ma voix aux écologistes pour les élections européennes. Les questions internationales sont trop périlleuses pour êtres prises à la légère, et, maintenant, il est clair qu'il y a incompatibilité totale entre "politique internationale" et "politique verte". Ce n'est pas le même monde. On ne peut combattre les idées hégémoniques et maffieuses de Poutine (et de 100% de la Douma)  avec des fruits et des légumes (tomates mis à part).

Pour les élections provinciales, c'est différent. Là, l'écologie y est à sa place. Ne fut-ce que pour contrer le MR anti-social ou l'extrème droite ! Mais attention, lorqu'on est capable d'avoir une politique européenne ou internationale aussi lamentable, ça ne me donne aucune confiance en eux, en général. Et je suis le premier à le regretter (ceux qui me connaissent ne me contrediront pas).

D.P.

A lire aussi, le Blog de Laure Mandeville, journaliste réellement spécialiste de la Russie, correspondante pour le Figaro. Russo-phile et -phone, amoureuse de la Russie depuis l'âge de 11 ans, ses analyses sont justes, et montrent à quel point le système post-soviétique n'est pas celui que décrivent les experts et autres politologues. Incontournable.

29/04/2009

Le programme Russe pour une annexion totale des territoires occupés arrive-t-elle en phase finale? Réflexions.

Texte mis à jour à 14h40

Le programme Russe pour une annexion totale des territoires occupés arrive-t-elle en phase finale? Réflexions.

Les4Les causes de la guerre d'août, préparée par Poutine depuis des années, sont enfin claires pour tout le monde. Aux yeux des russes, à partir de ce jeudi 30 avril, les provinces géorgiennes d'Abkhazie et de Samatchablo (ossétie du sud) seront considérées comme faisant partie de leur territoire, au même titre que l'Ingouchie ou l'Ossétie du Nord, à peu de choses près.


Après la signature par Medvedev, Bagapsh et Kokoïty en mars des accords de coopération militaires, avalisant la construction de bases navales en Abkhazie, et aériennes en ossétie du sud entre autre, ce jeudi les deux présidents de ces provinces géorgiennes signeront avec Medvedev un accord de coopération en matière de protection des frontières. Le Ministre des Affaires Etrangères abkhaze Sergueï Shamba a dit que l'accord est un pas de plus vers le renforcement des relations avec la Russie, qui est en réalité un "garant de la paix et la stabilité dans la région." C'est certain, et Medvedev doit certainement être d'accord avec lui.

Les zones frontalières sont bourrées de soldats russes et ossètes, ainsi que de chars. Pas autant qu'en août, où ils étaient près de 60.000 hommes et 3000 blindés, mais les troupes libérées de Tchéchénie (signature de fin de conflit, comme par hasard la semaine dernière, entre russes et tchétchènes) experts en génocide et exactions diverses, ne sont certainement pas loins.

Moscou ne veut pas perdre la face, et il est fort probable que toutes leurs provocations, toute leur propagande anti sud-caucasiens et particulièrement géorgiens, qui s'amplifient depuis 5 ans, peuvent trouver un dénouement malheureux si nos dirigeants n'y opposent pas une politique efficace rapidement. Quelques faits démontrent que les européens ont compris que Moscou était capable de défier l'Europe, que ce concept n'a en fait jamais disparu de la politique russe. Les réunions de ces deux derniers jours à Strasbourg et leurs conclusions inévitables quant aux nettoyages ethniques perpétrés, au minimum, sous la protection des militaires russes, en seront une preuve aux yeux de tous.

Alors le message que les milieux officiels de Moscou essayent de faire passer devient bien plus vicieux et bien plus efficace qu'une guerre directe, coûteuse et mal vue aux yeux du monde. Moscou veut la Géorgie? Alors elle l'aura... morceau par morceau, province après province. A peine les deux provinces géorgiennes abkhaze et ossète annexées, Moscou prend déjà à son compte les manifestations de l'opposition radicale qui ont lieu depuis près de 3 semaines à Tbilissi. La propagande nous dit que les revendications des opposants sont justifiées par le besoin de se rapprocher de Moscou. Ce qui justifierait une intervention "musclée". Phase suivante dans le programme de propagande : expliquer qu'avant l'URSS et la Russie tsariste, la Géorgie a toujours été formée de petits pays indépendants. Bien entendu, on est très loin de la vérité historique, mais on le sait depuis des décénies, qui s'embarrasse de ce genre de détails...?

Cette déclaration à elle seule traduit exactement ce que veulent les russes depuis toujours, et qu'il s'agit de dénoncer. Les européens, tout comme les States, soutiennent l'intégrité territoriale géorgienne et ne cachent pas leur désaccord avec la Russie concernant leur politique anti-géorgienne. C'est à la fois heureux pour les Géorgiens qui ne souhaitent pas revenir sous le joug russe, mais aussi dangereux pour le monde, Moscou voyant d'un très mauvais oeil l'occident défendre ce petit pays avec autant d'énergie, mais profitant au mieux des divisions au sein de l'Europe, surtout alimentées par l'Italie et l'Allemagne, et au sein de l'Otan, alimentées par ... la Belgique notamment.

L'occident, dès la "chute" de l'urss, a imaginé  que Moscou changerait, que la Russie parviendrait à chanter à l'unisson dans le concert des nations. Le système communiste? Plus jamais ça ! C'était sans savoir que les nouveaux régimes n'ont pas tenus leurs promesses, trop occuppés à s'enrichir à outrance sur le dos de la population, et que la pauvreté grandissante du peuple russe permettrait à plus d'un nostalgique de l'Union soviétique de soutenir cette politique bien plus dangereuse encore pour le monde que ne le fut l'union soviétique.

Lorsque nous relisons l'ensemble des événements politiques qui ont marqué la Russie ces dix dernières années, particulièrement dans les politiques énergétiques et internationales, du fait le plus visible au fait le plus insignifiant, on remarque très nettement que tout se résume à un seul objectif: enrichir la cour. Pour le malheur des Géorgiens, toutes provinces confondues, le Sud Caucase est une des clés vers plus de richesses encore pour le pouvoir russe.

Il s'agit souvent de cupidité en lieu et place d'humanité et de respect dans l'histoire des civilisations. Les crises actuelles démontrent combien peu de choses ont changé. En Géorgie, cela fait depuis les Romains qu'il en est ainsi. Chaque civilisation conquérante a toujours tenté, et parfois réussi, de diviser le royaume de Géorgie pour faciliter l'invasion ou l'annexion. Ce qui a changé avec ce siècle, c'est que lcontrairement à un empereur ou à un secrétaire général du parti communiste par exemple, un élu doit agir rapidement. Et brutalement s'il le faut, le respect des populations concernées par cette "nouvelle politique" étant le moindre des soucis des décideurs et des acteurs de cette politique, tout comme sous Staline, tout comme depuis 2000 ans. Et que veut le peuple? Il aimerait vivre décemment et libre, c'est tout.

Aujourd'hui, mercredi 29 avril, beaucoup d'accusations fondées à l'encontre de la Russie concernant la guerre d'août ont été confirmées par le Conseil de l'Europe. Il serait temps, à présent, de mettre en pratique les résolutions votées à Strasbourg... Combien d'années encore?

D.P.

Photos : d'après Novaia Gazeta