14/04/2009

Les observateurs européens empêtrés en Géorgie


Les observateurs européens empêtrés en Géorgie

LE MONDE - Article de Natalie Nougayrède. A lire avec empressement !

Extrait :

"Avec les Ossètes, ça ne cesse de se dégrader", confie un des 36 gendarmes français de la mission, qui rassemble en tout 26 nationalités européennes. "Les Ossètes refusent même de communiquer avec nous. Ils disent : “Si vous voulez pénétrer sur notre territoire, vous devez reconnaître notre indépendance”, ce que l'Europe ne peut pas faire, évidemment!" Les observateurs circulent en véhicules blindés, mais ne sont pas armés. Ils évitent de s'aventurer jusqu'aux points de contrôle ossètes, d'où, l'alcool et les esprits échauffés aidant, vont parfois fuser des menaces de tir. Le travail des Européens consiste pour l'essentiel à s'assurer que les équipements militaires géorgiens restent "défensifs", sans artillerie, mortiers ni tanks. Pendant ce temps, l'armée russe consolide ses campements en Ossétie du Sud et en Abkhazie, où quelque 10000 soldats sont désormais installés, à l'abri de toute inspection internationale.

Lire la suite

Obama partenaire

John TEFT, l'ambassadeur des États-Unis en poste à Tbilissi, réaffirme que les États-Unis demeurent le principal partenaire pour la Géorgie. "Les parties continuent de travailler sur les questions qui concernent les applications de la charte de partenariat (ndlr signée en janvier). (...) La nouvelle administration des États-Unis va aider la Géorgie."

L'administration Obama a alloué 242 millions de dollars à la Géorgie. Le congrès devrait confirmer cette aide assez rapidement.
L'ambassadeur des États-Unis a aussi parlé de la prochaine réunion du ministre des Affaires étrangères géorgien avec le secrétaire d'Etat américain à Washington. Le ministre Grigol Vashadze rencontre la Secrétaire Clinton aujourd'hui.

"La rencontre entre Mr Vashadze et Mrs Clinton sera l'occasion pour eux de s'asseoir et de parler de leurs intérêts mutuels. Comme vous le savez, ils se sont réunis pour une brève réunion à Bruxelles lors de la commission OTAN-Géorgie, mais ce sera une chance pour une plus longue discussion aujourd'hui de parler non seulement des relations bilatérales mais aussi la situation dans les zones de conflit, sur les négociations de Genève , sur le renouvellement de la MONUG. J'attends avec impatience les résultats de l'audience" a dit l'ambassadeur.

D'après Rustavi2

D.P.

06/03/2009

Russie : Partenaire ? Menace ? Nouvel ennemi ? Nul n'est d'accord.

Puisque les analyses proposées par les médias belges sont à nouveaux égales à pas grand chose, malgré que le siège de tant d'organisations internationales soient situées en Belgique, je vous propose un article éclairé sur les "nouvelles relations"  entre occident  et Russie paru dans le Figaro ce matin.

Voici cet article à lire de bout en bout, absolument.

Son lien : http://www.lefigaro.fr/

Un extrait :

(...) Partenaire ? Menace ? Nouvel ennemi ? Nul n'est d'accord. Seule certitude à Washington : la relation russo-américaine dont hérite Barack Obama est à zéro et doit d'urgence être redéfinie. «Mon espoir est que nous puissions avoir une relation constructive, dans les domaines où nous pouvons avancer dans le respect et l'intérêt mutuel», a expliqué mardi le président américain. «Nous avons besoin d'appuyer sur le bouton redémarrage», avait déjà lancé en février le vice-président Joe Biden à Munich pour conjurer «tout retour à la guerre froide». Mais cela dépend-il vraiment de nous ?, s'inquiètent les sceptiques.

L'agenda que la secrétaire d'État, Hillary Clinton, et son homologue russe, Sergueï Lavrov, vont devoir explorer vendredi dans leurs entretiens de Genève est en tout cas loin d'être riant. Négociations de désarmement au point mort. Désaccord profond sur le rôle de l'Otan, dont l'élargissement à l'Est est perçu par les États-Unis comme un facteur régional stabilisateur tandis que Moscou y voit une atteinte à sa sphère traditionnelle d'influence. Inquiétude de Washington sur l'utilisation croissante par Moscou de l'arme énergétique. Conflit ouvert sur la question des valeurs, le Kremlin rejetant agressivement le modèle démocratique de l'Occident. Colère froide de la Russie sur le dossier du Kosovo. Tension russo-américaine extrême après l'invasion russe de la Géorgie. Relations économiques ténues. Les sujets de griefs n'ont cessé de s'accumuler, débouchant sur une relation «totalement atrophiée», confie Angela Stent, directrice du centre pour les études eurasiennes de l'Université de Georgetown. «On se retrouve trente ans en arrière sans aucun garde-fou institutionnel pour dialoguer», insiste-t-elle. (...)

 

 

Hillary à Bruxelles : soutien à la Géorgie réaffirmé.

 

Un "détail" murmuré dans les médias belges, mais mis en avant sur le site de l'Otan, tout comme dans la plupart des discussions ayant eu lieu aujourd'hui à Bruxelles entre les ministres européens et l'administration Obama.

Communiqué de presse de l'OTAN

" Les ministres Alliés ont conclu un accord aujourd'hui pour formellement reprendre le Dialogue entre RUSSIE et L'OTAN , y compris au niveau Ministériel, dès que possible après le Sommet Strasbourg/Kehl.
Ils ont consenti à utiliser le NRC comme un forum pour le dialogue avec la Russie sur toutes les questions - où ils sont d'accord ou en désaccord - en vue de la résolution de problèmes et la reconstruction de la coopération."

" À cet égard, on voit la reconnaissance par la Russie de l'Abkhazie et de l'Ossétie du Sud comme états indépendants, son intention de construire une nouvelle base militaire (navale) en Abkhazie et sa mise en oeuvre suspendue du traité CFE, comme les secteurs primordiaux de préoccupations des Alliés.
Les ministres recommanderont vivement à la Russie de rencontrer ses engagements en ce qui concerne la Géorgie."

(...)

La Commission GÉORGIE / OTAN s'est réunie à Bruxelles pour la deuxième fois au niveau des ministres des Affaires Etrangères. Elle a discuté une gamme de questions d'intérêt commun tant pour la Géorgie que pour l'Alliance.
Pendant la réunion, les Ministres ont échangé des points de vues sur le développement du Programme national Annuel de la Géorgie (ANP), qui formera la base de la coopération entre l'OTAN et la Géorgie, aussi bien que sur le progrès de réformes que la Géorgie a consenties à entreprendre.  (note : et déjà bien entammées !)

Pendant la réunion, le Ministre des Affaires étrangères géorgien Mr Vachadze et ses homologues ont aussi parlé de la situation de sécurité régionale, et sur les possibilités d'augmenter la relation entre GÉORGIE et OTAN.

source : http://www.nato.int/home.htm

D.P.

26/02/2009

Hillary Clinton critique Moscou


Le département d'Etat américain critique la Russie à propos de violations des droits de l'Homme en Géorgie.

Washington sermonne la Russie pour la guerre d'août en Géorgie. Hillary Clinton a présenté le premier rapport du Département d'État américain sur la violation de droits de l'homme lors de l'intervention russe du mois d'août, dans son rapport annuel sur la défense de droits de l'homme.

Le document dit comment la Russie a eu recours à la force disproportionnée contre Géorgie et a déployé ses forces à l'intérieur des frontières reconnues dans le monde entier.

Selon le rapport, l'opération militaire a provoqué le meurtre de beaucoup de civils pacifiques et que les bandits armés Ossetiens ont commencé à piller et massacrer les civils, en forçant plus de 150.000 Géorgiens à fuir leur maison, et laissé les militaires russes occuper les territoires de Géorgie.

Avec la guerre d'août, le rapport de Département américain d'État a aussi concerné les élections présidentielles (de 2008) qui ont été accomplies conformément aux normes de l'OSCE. (Notons que ces élections sont à nouveau contestées par l'opposition, frustrée de n'avoir obtenu que 27% des voix, contre 53% pour le président sortant. Beaucoup d'observateurs indépendants doutent de l'intégrité patriotique de nombre d'opposants, vraissembleblement conseillés et financés par Moscou... Cette stratégie étant très utilisée par les russes pour tenter de mettre en place leurs hommes de paille, tel qu'en Tchétchénie, en Ingouchie, en Ukraine, et dans nombre d'ex-républiques se terminant en "stan")

Dans son premier rapport par le nouveau Secrétaire d'Etat, la Russie est aussi critiquée pour la pression sur les médias ainsi que pour les meurtres de journalistes.