09/03/2010

Nicolas Sarkozy accueille à bras ouverts Dmitri Medvedev à Paris

Mis à jour le 10 mars 2010 à 23:42

Alors que Nicolas Sarkozy accueillait à bras ouverts Dmitri Medvedev à Paris pour deux journées de travail sur les échanges commerciaux entre les deux pays, la presse française a largement commenté la signature pour la vente par la France de 4 bâtiments de guerre de classe Mistral à la marine russe, ainsi que les accords de partitipation de GDF-Suez dans le projet de pipeline russe South Stream, points d’orgue de ces deux jours de « foire commerciale ».

Certains quotidiens ont bien entendu décrit ces accords comme étant salvateurs pour l’industrie française et les chantiers navals de Saint-Nazaire, mais d’autres ont une nouvelle fois mis l’Elysée en garde : la France, qui fait partie de l’Alliance Atlantique, devrait refléchir à deux fois avant de vendre des bateaux de guerre particulièrement offensifs – tansport de troupe, de matériels lourds, d’hélicoptères – à un pays ayant déclaré l’Otan « ennemi n°1 de la Russie », et sachant que Moscou est encore en guerre en Géorgie, n’ayant pas encore retiré ses troupes des zones occupées (et construisant des bases navales, aériennes et terrestres un peu partout dans les provinces séparatistes) en contradiction avec l’accord en 6 points signé par la Russie, la Géorgie et... la France. Cela rend cette vente d’autant plus étonnante aux yeux d’une certaine presse française qui saute sur l’occasion pour critiquer la politique de Sarkozy. Ces signes plus qu’évidents de rapprochement entre les deux « vieux amis » sont en parfaite logique avec la mentalité de la présidence française : se mettre en valeur, se différencier des Etats-Unis, relancer l’économie du pays, à tout prix.

Bernard Kouchner à commenté la vente des Mistral disant que Dmitri, ce n’est pas Poutine. Un peu simple... et irréfléchit. Par contre, il a signalé son désaccord concernant la vente des bateaux aux russes.

Dmitri et Poutine savent jusqu'où ils peuvent aller ensemble. L'un, l'homme fort, patron du FSB, "patron" de Gazprom, chef de la Douma, des armées et des stratégies militaires. L'autre, comme le dit si bien Lilia Chevtsova, c'est à la fois la galerie, la mise en confiance des chefs d ‘états étrangers, et les relations publiques en général. Homme de loi, il est autant le conseiller de Poutine que Poutine l'est pour Medvedev sur les stratégies plus "tordues", comme la tentative d'envahir la Géorgie qui ne cache qu’à peine le besoin de s'approprier "définitivement" la province séparatiste géorgienne d'Abkhazie, pour des raisons non de protection des populations - illégitime - mais de pure géopolitique.

Une différence importante: sous Poutine, la Russie était dépendante de la seule vente d'hydrocarbures, et grâce notamment aux manières maffieuses de Gazprom, avec les moyens infinis du FSB pour s'approprier des marchés importants, en oragnisant des procès truqués contre les concurrents, ou en utilisant la guerre en Géorgie pour déstabiliser la région et faire capoter le projet de pipeline européen Nabucco... qui aujourd'hui est déserté par les compagnies Allemandes, Hollandaises, Françaises, Grècques... pourtant soutenues par l'Europe qui a annoncé injecter 200 millions d’euros il y a quelques jours, suite la visite de Medvedev à Paris..., au profit des projets russes Northstream et Southstream).

Aujourd'hui, sous Medvedev, ce sont les industriels de tous les secteurs qui demandent à être soutenus par le Kremlin, ces derniers ayant accompagné le président russe à Paris. Le Business des hydrocarbures (extrêmement juteux, faut-il encore le préciser!) accompli à 80%, Medvedev se doit d’attirer d'autres investisseurs occidentaux, par tous les moyens, et acheter quelques Mistral au passage, ce qui fait sans doute office de « remerciements » à la France pour le « rapprochement Franco-Russe », mais qui, très cyniquement, serviront à protéger les positions « acquises » illégalement en Mer Noire, en Géorgie.

Un quotidien français, France-Soir en l'occurence, a été racheté par un oligarque russe il y a peu. Le journal était en surcis, tout comme les chantiers de Saint-Nazaire, ce qui ne peut que faire du bien à l’économie en crise de l’Hexagone... et servira l'énorme outil de propagande du FSB. Tiens, à propos du FSB : jamais il n'y a eu autant d'espions russes que depuis ces deux dernières années, à Paris, et sans doute aussi dans de nombreuses capitales européennes. Coincidence?

La Russie, qui investi de plus en plus à l'étranger, doit absolument trouver des investissements en Europe, et des investisseurs européens qui s'établiraient en Russie. Mais la guerre avec la Géorgie, les relations tendues avec l'Otan, le soutien à l'Iran (maintenant que les iraniens ont signé un accord pour la vente d'hydrocarbures à Gazprom - Nabucco n'aura pas un seul litre de gaz iranien - les Russes peuvent retourner leur veste et accepter de soutenir la politique américaine de sanctions contre l'Iran, timidement bien sûr), les très nombreux problèmes des droits de l'Homme, des libertés de la presses, etc... n'ont pas aidé Medvedev dans ces démarches. Engager l'ancien chancelier Gherard Schroder comme patron d'une filliale de Gazprom chargée de la construction du pipeline North Stream, est une idée de génie. Un ancien chef d'état démocrate européen travaillant avec le régime russe afin de recruter d'autres chefs d'états européens pour soutenir le programme russe d'étranglement de l'Europe par son futur monopole du Gaz... C’est un peu la même tactique que celle utilisée par Staline de soutenir Hitler, jusqu’en 1942, pour ensuite le renverser et hériter de son empire...

 

Le choix des 3 « grands » européens, Allemagne, Italie, France, comme partenaires pour des investissements massifs dans les projets de pipelines South Stream et North Stream s'explique dès lors aisément, et le retournement de veste de Sarkozy, du coup, de même. D'où sa précipitation à Tbilissi et à Moscou pour obtenir un cessez-le-feu, le 12 août 2008, et les erreurs très dommageables à la petite Géorgie, qui en découlèrent immenquablement. Et aujourd’hui, Moscou a gagné, en moins de 10 ans, tous les marchés gaziers d’Europe, de Chine et d’Inde, avec des retombées financières infinies pour les entreprises actionnaires et... pour Schroder, Berlusconi et Sarkozy, personnellement. Tel était le plan de Poutine depuis dix ans. Mission presque totalement menée à bien, avec les jeux de Sochi (ancienne ville géorgienne) en prime.

Mais que ces pays d’Europe acceptent ce jeu de dupes (pas les olympiques mais ceux des politico-financiers russes) c’est tomber dans un piège pourtant grossier, tant la « stratégie criminelle » est transparente. En impliquant les chefs d’états européens en personne, Poutine s’assure des marchés inespérés, et un soutien indéfectible. L’argent n’a pas d’odeur, le pouvoir pas d’odorat, et les citoyens que nous sommes... juste un peu pigeons. Pourtant, les états européens ex-soviétiques ont maintes fois allerté Bruxelles qui, c'est vrai, vient d'injecter 200 millions d'€ dans le pipeline Nabucco. Un signe? Une goutte d'eau dans le gaz russe. A l'image de la présidence européenne sans doute.

D’où l’importance de la vigilance, sans cesse.

 

En Géorgie, 300.000 personnes ont été déplacées par les conflits soutenus, organisés par la Russie. Victimes de la "nouvelle politique" de Poutine et Medvedev...

 

D.P.

 

Pour compléter cet article, je vous propose de lire celui paru dans Le Soir du 1er mars sur le sujet de la visite de Medvedev à Paris, de leur correspondant à... Moscou (ça ne s'invente pas) qui dit en clôture, "Tout cela ne pourrait toutefois n’être de la part du Kremlin qu’un message à usage interne : prévenir l’industrie russe, réputée très lente à se moderniser, qu’elle doit vite réagir…" (sic). J'en ris encore.

Plus instructif, l'article de Vincent Jauvert sur globe.blogs.nouvelobs.com

 

 

Les commentaires sont fermés.