28/06/2009

L'OTAN et la Russie ont convenu de reprendre leur coopération politique et militaire

L'OTAN et la Russie ont convenu de reprendre leur coopération politique et militaire, malgré la persistance de "différences fondamentales" à propos de la Géorgie, a annoncé le Secrétaire général de l'OTAN Jaap de Hoop Scheffer ce 27 Juin.

La décision a été prise lors d'une réunion sur l'île grecque de Corfou entre les ministres des Affaires étrangères des 28 alliés de l'OTAN et le ministre russe des Affaires étrangères, Sergey Lavrov.

L'alliance avait gelé les relations avec la Russie après la guerre d'août en Géorgie.

S'exprimant lors d'une conférence de presse après la réunion, Scheffer, qui est également président du Conseil OTAN-Russie (COR), a déclaré que les discussions ont été "ouvertes et constructives."

« Ce qui signifie que nul n’a essayé d’être au-dessus de nos différences, par exemple sur la Géorgie », a dit Scheffer. « Mais nous avons accepté - et c'est une très bonne conclusion à la réunion - de ne pas laisser ces désaccords porter l'ensemble du train CNRC à l'arrêt. »

«Il y a des différences d'opinions fondamentales sur la notion d'intégrité territoriale de la Géorgie », a-t-il dit, et a ajouté que des divergences persistent aussi pour la Russie de changer sa position et permettre à des observateurs de l'ONU et des observateurs de l'OSCE " d’être présents en Abkhazie et Ossétie du Sud, respectivement.

Il a également déclaré que « la Russie a besoin de l'OTAN et l'OTAN a besoin de la Russie » pour la stabilisation en Afghanistan, le trafic de drogue, la piraterie somalienne, le terrorisme et la prolifération nucléaire dans lequel les deux efforts conjoints étaient nécessaires.

Scheffer a déclaré que lors de la réunion le ministre Lavrov et d'autres ministres des Affaires étrangères ont soulevé le problème de la Géorgie "largement".

« Ces positions ne sont pas proches les unes des autres dans cette rencontre», a-t-il ajouté.

A la question sur les plans d'expansion de l'OTAN, Scheffer a répondu: "La porte de l'OTAN est ouverte – et en principe, vous savez que, dans l'ouest des Balkans il y a des pays qui frappent à la porte de l'OTAN..."

Le ministre russe des Affaires étrangères, Sergei Lavrov, a réaffirmé à l'issue de la réunion que la reconnaissance de l'Abkhazie et l'Ossétie du Sud par Moscou était "irréversible".

« Tous doivent accepter que les nouvelles réalités et les décisions prises par la Russie après le conflit, sont irréversibles», a-t-il dit. Qu’il parle pour eux. La Russie ne parviendra jamais à ce que d’autres nations reconnaissent ces provinces géorgiennes commes Etats indépendants.

Perso, j’aime bien le Nord-Pas-de-Calais. Je propose à la Belgique d’annexer cette région! D’abord, bien entendu, il faut y placer un ou deux milliers de belges, puis distribuer des passeports belges aux français, ensuite on assassine quelques villageois de Tourcoing puis on attend une réponse à la provocation, 1 an ou 2 ans, et si ça ne suffit pas encore, on bombarde Lille. Dès le premier tir français (donc sur son propre territoire),  l’armée belge intervient pour protéger ses ressortissants, et envahit tout le nord de la France, sous les hauts cris de l’Europe. Sarko intervient, mais trop tard: la Belgique reconnaît le Pas-de-Calais comme territoire indépendant, nous sans faire fuir, assassiner ou bruler la maison de tous ceux qui n’y ont pas accepté le passeport belge. Puis j’interdit à quiconque, même officiels, à passer la « nouvelle frontière belge », le temps de rendre l’annexion et la reconnaissance du nouveau pays « Tournaisi du Sud » irréversible.

Voilà exactement ce que la diplomatie russe essaie de nous faire accepter avec les provinces séparatistes. Pensez-vous réellement que quiconque puisse accepter cela sans rien dire, sans rien faire, au 21ème siècle?  Medvedev, Lavrov et autre Tchourkine devraient être en prison pour tout cela. Comme Karadzic, Tadic. Comme auraient du l’être Lenin, Staline.... Poutine... (suite logique)

Pour rappel, le TPI :

Juge les crimes contre les lois de la guerre applicables en temps de conflits armés internationaux et nationaux.

Juge les violations graves des Conventions de Genève, les violations des lois ou coutumes de la guerre, le génocide, et les crimes contre l'humanité. Ne juge pas les crimes contre la paix.

Pas de provision générale quant aux charges de complot. De telles charges ne figurent qu'en rapport au crime de génocide selon l'Article 4 (3) (b) du Statut. Selon l'Article 4 (3) (c) diriger et inciter au génocide est également un crime. Alors que le Statut ne déclare pas explicitement que les personnes reconnues coupables de participation à l'élaboration ou à l'exécution d'un plan concerté ou d'un complot de génocide sont responsables de tous les actes commis pour l'exécution de ce plan, ces mêmes personnes peuvent être reconnues responsables d'actes commis conformément à un tel plan, selon l'Article 7.

Le viol, l'emprisonnement et la torture relèvent tous du crime contre l'humanité lorsqu'ils sont commis en temps de guerre, contre la population civile. (...)

Selon le Statut du TPI, aucun lien avec un autre crime international n'est nécessaire pour qualifier un crime de crime contre l'humanité.

Voilà le texte que la Russie ferait bien de relire avant de continuer à s’approprier les biens et la vie d’autrui.

D.P. d'après Civil.ge

 

Les commentaires sont fermés.