20/06/2009

« Puisque je ne peux venir à toi, c'est toi qui viendras à moi ! »


« Puisque je ne peux venir à toi, c'est toi qui viendras à moi ! »

L' effort de la Russie pour organiser la déstabilisation interne reste le principal danger pour l'État géorgien. C'est, en substance, ce qu'a déclaré Gela Bezhuashvili, responsable du Foreign Intelligence Service devant les députés géorgiens.

Le Kremlin est en train de renforcer son réseau d'agents, en particulier dans les territoires occupés. Le principal objectif du Kremlin, depuis l'arrivée au pouvoir de Saakashvili, est de changer le gouvernement géorgien. Le FSB recherche l'aide de la diaspora et des ex-fonctionnaires ayant trouvé asile en Russie pour réaliser leur objectif, et Gela Bezhuashvili affirme que le gouvernement russe essaie d'ouvrir la tenue d'élections extraordinaires en Géorgie.

«La Russie souhaite la déstabilisation interne du pays. Elle utilise toutes ses ressources, travaille activement avec la diaspora géorgienne en Russie, en utilisant toutes les personnes qui ont quitté la Géorgie au cours de la dernière année en tant que ressources [financières]. Le but de la mobilisation de ces ressources est de renverser le gouvernement légalement élu en Géorgie. La Russie fait tout ce qui est possible pour soutenir la déstabilisation et les problèmes de plusieurs manières, notamment en soutenant l'idée de la tenue d'élections extraordinaires en Géorgie. »

Le président de la commission parlementaire de défense et de sécurité a ensuite nommé deux hauts fonctionnaires du gouvernement de l'ex-président Eduard Shevardnadze. Ces deux fonctionnaires ont eu des contacts avec Vladimir Rushailo, l'ex-secrétaire du Conseil de sécurité russe. « La Russie a renforcé son réseau d'agents, y compris parmis les chefs du crime et des ex-hauts responsables du gouvernement de Chevardnadze. Leur principal objectif est de provoquer la déstabilisation de la Géorgie et en changer le gouvernement. » Il a parlé de la quantité d'argent qu'ils avaient détournés à l'époque, ce qui avait mené à leur limogeage par le nouveau gouvernement après la révolution des roses, et les restrictions dans le financement de la CE. Ces cinq dernières années, ils ont investi plusieurs millions en Russie, et possèdent actuellement suffisamment de ressources pour financer, entre autres choses, l'un ou l'autre parti de l'opposition radicale.

Après la guerre d'août, un échec pour la Géorgie comme pour les Russes que personne ne souhaite re-risquer - quoique² - , il est impératif pour les responsables russes d'agir différemment. Puisqu'ils ne peuvent pas annexer l'ensemble des provinces de Géorgie, (que deux, et ça fait quand-même, ne l'oublions pas, 20% du territoire), « c'est la Géorgie qui viendra à nous !» En faisant en sorte que Saakashvili démissionne, ou en le forçant à organiser des élections présidentielles anticipées. Ce que l'opposition radicale demande depuis deux mois à travers ses mouvements de protestations avec entêtement et violentes provocations.

Financer la campagne d'un(e) futur(e) marionnette ne serait alors qu'une formalité avec l'aide des « anciens » sus-nommés, et avec l'expérience du FSB pour organiser des élections « à la soviétique » comme à Grozny, dans moins de deux ans ils s'attaqueront à l'Azerbaidjan voisin pendant que la Géorgie, sous contrôle d'un pantin financé par un criminel, se vide, saccagée par 36 milices « incontrôlées ». Que du plausible. C'est ce que les différents gouvernements qui sont succédés depuis 15 ans tentent de faire savoir aux occidentaux que nous sommes, avec le faible succès que l'on sait: la rapide réaction de la diplomatie européenne et un soutien ferme de la communauté internationale. Unis, mais impuissants face à la Russie semble-t-il.

D.P.  Infos: Rustavi2

Les commentaires sont fermés.