17/06/2009

Les dicours de Saakashvili et Tchourkine. Le pot de terre...

« L'échec de la Russie d'approuver son projet (modifier « province séparatiste d'Abkhazie » en « république d'Abkhazie »), dans le texte de résolution du Conseil de Sécurité [de l'ONU], qui n'a fait aucune référence sur l'intégrité territoriale de la Géorgie, est "notre victoire diplomatique," a dit le Président Saakashvili le 16 juin. »

« Il n'y a pas un gramme de chance que la Géorgie donne son consentement sur la légalité de l'occupation des territoires géorgiens, tant que le gouvernement géorgien est présent dans la diplomatie ; malheureusement, apparemment ils [la Russie] espèrent qu'ils peuvent trouver quelqu'un d'autre en Géorgie, qui, lui, y consentira. » (Faisant allusion à certains opposants pro-russes actifs à Tbilissi comme leaders dans les manifs anti-Saakashvili)

« Le but de la Russie est de faire s'effondrer l'état géorgien. Mais nous devrions aussi comprendre qu'après une telle position consolidée de nos alliés à l'ONU, chacun a vu que la Géorgie ne peut être monnayée; la Russie a essayé le compromis [sur les revendications géorgiennes] avec une résolution sur la Corée du Nord et l'Iran. La Russie était prête à payer n'importe quel prix en échange des membres de Conseil de sécurité cédant sur le dossier « Géorgie ». Mais il n'y avait pas même l'ombre d'une hésitation du côté des membres du Conseil de sécurité. »

« Hier, c'était le premier test sérieux sur la non-reconnaissance de l'occupation. Je pense que la communauté internationale, ensemble avec nous, a clairement exprimé sa position et a donné une réponse précise à cette question majeure. En attendant, ici, sur notre territoire nous sommes seuls face à face avec l'agresseur ... Sur ce point nous devons négocier non pas avec les gouvernements séparatistes, mais avec l'agresseur et l'occupant ... Nous devrions continuer notre lutte. Je pense, qu'hier nous avons reçu des arguments légaux internationaux sérieux pour notre lutte ... Nous avons une longue route à faire mais nous devrions passer cette épreuve pour faire cesser l'occupation, et libérer la Géorgie. »

Pendant ce temps, le ministère russe des Affaires étrangères a indiqué dans une déclaration, le 16 juin, que l'arrêt de la mission de l'OSCE en Géorgie, suivie par l'arrêt de la mission sous mandat de l'ONU, amènent des questions sur la sincérité « de la Géorgie et de ses patrons » dans le [désir de ]maintien de la stabilité dans la région. Le refus de notre proposition de mettre au point des documents juridiquement contraignants sur le non-recours à la force est également une source de préoccupation. Il y a moins de doute qu'à propos de l'instabilité politique interne en Géorgie, le régime de Tbilissi tenter à nouveau de détourner l'attention du public de l'« ennemi interne » avec le problème de l'intégrité territoriale. Ce n'est pas la première fois que les dirigeants géorgiens ont recours à cette méthode pour réduire la pression des problèmes socio-économiques. » (Tchourkine)

Le ministère russe des Affaires étrangères a également déclaré qu'en dépit de « certaines questions » à propos de la mission de surveillance de l'UE en Géorgie (EUMM), en particulier sur « l'efficacité potentielle en cas d'agression de Tbilissi, » la question est de savoir si la présence des moniteurs de l'UE dans les zones adjacentes à l'Abkhazie et de l'Ossétie du Sud « est un facteur de dissuasion important » pour Tbilissi.

D'après Civil.ge

Les russes, qui rejettent la responsabilité sur la Géorgie et ses partenaires occidentaux pour l'arrêt de l'OSCE et des missions de l'ONU en Géorgie (et donc, pour ne pas avoir cédé à leur chantage), ont déclaré que les États-Unis et les membres européens du Conseil de sécurité des Nations unies savaient que leur résolution sur la prorogation du mandat de la mission de l'ONU ne serait pas acceptée « parce que l'Abkhazie n'y figure pas en tant qu'Etat indépendant », donc il ne fait aucun doute que tout le poids de la responsabilité du départ des observateurs des Nations Unies repose sur les Etats occidentaux qui, depuis de nombreux mois, « ont fait preuve d'entêtement idéologique ».

Mais comment peut-on prendre les diplomates du monde entier pour des bandits? Certains, d'accord. Mais les russes espéraient-ils réellement que plus d'un Etat allait accepter leur chantage? Et les « entétés » serait l'ensemble des états représentés aux Nations Unies? Pauvre Russie! Deux cents ans que ça dure... et il y en a encore qui s'obstinent.

D.P.

Les commentaires sont fermés.