08/06/2009

L'interview d'un général russe Borisov démontre - s'il le fallait encore - que la Russie a effectivement programmé l'attaque sur la Géorgie longtemps avant le 7 août.

L'interview d'un général russe Borisov démontre - s'il le fallait encore - que la Russie a effectivement programmé l'attaque sur la Géorgie longtemps avant le 7 août.

Le Général Borisov a été en charge des troupes russes sur le terrain en Ossétie du Sud pendant la guerre du mois d'août et quelques temps après la guerre. Il a déclaré dans une interview à la station de radio Ekho Moskvy, le 6 Juin, tout en parlant de l'importance de la formation et de l'utilisation de l'expérience passée des forces armées de nos jours: « J'étais au commandement de l'Ossétie du Sud et de Géorgie. Comme vous le comprendrez, nous avons régulièrement des exercices dans ces régions, nos troupes ont reçu un entraînement à grande échelle, comme on avait procédé à des exercices dans ces régions (Abkhazie et Ossétie du Sud) à peine une semaine plus tôt et nous étions juste à gauche, c'est pourquoi nous avons marché sur Tskhinvali beaucoup plus efficacement que les unités sous le commandement central et de district. Pour nous, ce n'était pas difficile. »

"Si quelqu'un à ce jour conserve des doutes sur ce qui s'est réellement passé en août 2008, nous lui conseillons de se référer aux informations figurant dans ladite interview », le ministère géorgien des Affaires étrangères a déclaré ce 7 Juin. « Nous conseillons fortement à ceux qui, à ce jour ont des doutes quant à qui ce qui a inspiré et mis en action l'agression militaire contre la Géorgie en août dernier, et se référer à la partie susmentionnée de l'entretien du général de la Fédération de Russie. »

« Nous espérons que cette déclaration confessionnelle supplémentaire par un autre agresseur russe, aidera les commissions internationales à parvenir à des conclusions pour trouver la vérité sur la guerre non déclarée par la Russie contre la Géorgie depuis ces 18 dernières années, le dernier épisode ayant eu lieu le 7 août 2008. »

Gigi Ugulava, maire influent de Tbilisi, a dit qu'il espérait que cette confession accidentelle du général russe « purifierait les esprits de ces gens, principalement dans des partis politiques, pour qui les conclusions des missions d'enquête de l'UE sur la guerre amènerait un blâme sur les autorités géorgiennes « pour son lancement de la guerre d'Août ».

D'après Rustavi2, et d'après l'interview sur www.echo.msk.ru

Commentaire à l'attention de Josy Dubié, ex-journaliste et ex-sénateur écolo.

Cela fait des années qu'on le dit, que Poutine est quelqu'un d'extrêmement dangereux pour l'équilibre dans la région. Que le danger ne vient pas de la Géorgie et de ses aspirations européennes, ou à tout le moins occidentale, mais bien de Poutine et sa soif de puissance. De Poutine qui entretien les tensions dans le Caucase à son profit. Il faudrait sans doute cesser de nier les évidences, ou cesser de mentir pour tenter de barrer la route de l'OTAN à la Géorgie (et à l'Ukraine), en accusant les géorgiens de ce qu'ils ne sont pas, ou d'avoir fait ce qu'ils n'ont pas fait.

Sans aucun doute il y eut d'énormes erreurs commises par le gouvernement géorgien avant et pendant la guerre, et vous pourrez prendre connaissance de celles-ci, énumérées par la commission d'enquête du parlement géorgien, puisque je vous les livre à la suite. Mais une et une seule chose à retenir: la Géorgie n'a ni débuté ni provoqué le conflit, cette guerre ayant été préparée depuis des mois, voire des années, par Poutine. Chaque jour qui passe en révèle une preuve supplémentaire.

Par conséquent, il serait grand temps pour nos politiques, en Belgique principalement - étant un des seuls pays à bloquer le chemin vers l'adhésion de la Géorgie à l'OTAN - de revoir sa copie.

Monsieur Dubié, peut-être avez-vous (eu) raison de ne pas vouloir voir la Géorgie rejoindre l'OTAN. Sur ce point je ne discute pas. Mais, dans le but de discréditer la Géorgie, accuser cette dernière d'avoir préparé cette guerre, d'avoir préparé un nettoyage ethnique, et même des génocides contre les ossètes, c'est carrément dégueulasse, d'autant que votre « enquête », je le rappelle, n'a été menée qu'en ossétie du sud et du nord ainsi qu'à Moscou, puisque vous n'avez jamais mis les pieds ni à Tbilissi ni ailleurs en Géorgie non-occupée.

Mais aujourd'hui, oh bonheur, vous quittez vos fonctions de sénateur écolo pour une retraite loin d'ici. Vous aurez donc tout le temps pour y penser, et tout le temps pour voir combien vous avez eu tort dans vos accusations pour lesquelles l'état géorgien ferait bien de vous attaquer en justice mais ne le fera pas tellement l'insignifiance de vos déclarations, noyées parmis les déclarations de la Douma et des officiels russes, n'a touché que vous-même et votre parti écolo. Par ailleurs, j'espère que le petit frère Defossé pourra être plus intelligent, plus à l'écoute, plus impartial, mais qui s'étonnera du contraire...?

D.P.

La commission parlementaire qui étudie la Guerre d'Août, a publié un volumineux rapport qui soutien la version officielle du gouvernement sur les événements qui ont mené aux hostilités.

Le rapport, qui a été lu par le Président de la Commission, le député Paata Davitaia, en direct à la télévision géorgienne durant 3 heures, identifie un certain nombre de lacunes des organismes de l'Etat, qui ont été mis en évidence au cours des événements du mois d'août.

En voici le résumé paru sur Civil.ge.

En son début, le rapport affirme que l'agression de la Russie contre la Géorgie n'a pas commencé en août 2008 et rappelle la version officielle géorgienne des événements, de la manière dont les militaires ont commencé les hostilités en Abkhazie et en Ossétie du Sud, au début des années 90. Le rapport donne un calendrier détaillé des événements qui ont précédé la guerre du mois d'août, telle qu' elle l'a été par la plupart des hauts fonctionnaires lors de leurs témoignages devant la commission.

La partie du rapport traitant « des actions du gouvernement géorgien pendant la guerre et les défauts révélés » dit que l'on peut considérer l'échec des autorités à parvenir à délégitimer la présence de soldats de la paix russes comme étant le manquement majeur des autorités géorgiennes dans la période précédant le mois d'août. »

Le Ministre d'État chargé de la réintégration, Temur Iakobashvili, a déclaré à la commission dans son témoignage que Tbilissi envisageait de faire cesser le mandat des forces russes de maintien de la paix, mais que ça ne s'est pas concrétisé en raison de l'avis des partenaires occidentaux qui déconseillèrent la Géorgie d'agir en ce sens.

La Commission a déclaré que l'« approche constructive » initiée par Tbilissi sur la question n'a pas réussi à arrêter la Fédération de Russie. « La Fédération de Russie a modifié son « maintien de la paix » en participant pleinement à l'agression contre la Géorgie », a dit la commission dans le rapport. « D'une part, la Russie utilise « l' attaque » contre ses forces de « maintien de la paix » comme l'un des prétextes pour le lancement de l'agression alors que pendant ce temps, des attaques ont été réalisées sur les villages et les citoyens géorgiens à partir de leur quartier général de Tskhinvali. »

Le rapport indique que malgré les informations sur l'augmentation des tensions dans la zone de conflit en Ossétie du Sud (avant août), les autorités géorgiennes n'ont pas réussi à analyser correctement les menaces.

« Les auditions tenues par la commission montrent que les autorités géorgiennes ne s'attendaient pas et n'étaient pas prêtes pour cette agression qui a été déclenchée par la Russie contre la Géorgie en août 2008», dit-il. « Les autorités géorgiennes connaissaient l'existence d'importants exercices militaires russes à la frontière géorgienne fin Juillet, ainsi que d'attaques dans la zone de conflit, mais comme une vague de provocations traditionnelles. »

Dans ce contexte, le rapport critique le Conseil de sécurité nationale (NSC).

« Il est évident que le Conseil de sécurité n'a pas réussi à planifier les actions en temps opportun, ce qui aurait été adéquat pour la situation prévue et, par conséquent, le matin du 7 août, il a dû agir dans « un cas de force majeure. »

La Commission a déclaré que, bien que dans l'ensemble effectivement le gouvernement a du lutter contre diverses questions au cours de la guerre, les décisions des membres du gouvernement ont parfois manqué d'une bonne coordination. Le rapport affirme que le gouvernement n'a pas respecté les procédures formelles énoncées dans un décret spécial prévoyant la mise en place d'une commission gouvernementale en cas de situations d'urgence.

Tout en abordant, comme le rapport le dit lui-même, « les parties les plus faibles » de la Géorgie et du Ministère des Affaires étrangères, la commission a déclaré que «il n'y a pas de plan d'action ni d'instructions écrites pour les ambassadeurs sur la façon d'agir dans des situations d'urgence, les activités des ambassadeurs n'étant pas non plus contrôlée correctement. »

« Au cours de la guerre du mois d'août il y eut un cas, lorsque l'ambassadeur de Géorgie en République tchèque Lado Chipashvili a tout simplement volontairement cessé d'exercer ses fonctions», dit le rapport.

Le rapport accuse également l'ancien ambassadeur de Géorgie en Russie, Erosi Kitsmarishvili - dont le témoignage devant la commission diffère de la version officielle de Tbilissi sur les événements - de la «négligence» dans sa note d'informations envoyée au ministère des Affaires étrangères. Kitsmarishvili n'a pas informé sur les « menaces anticipées en provenance de la Russie ».

En ce qui concerne le témoignage de Kitsmarishvili, la commission a dit qu'elle a demandé au Bureau du Procureur général de procéder à des enquête sur les allégations de l'ancien ambassadeur selon lesquelles il y avait un groupe de hauts fonctionnaires parmi « les dirigeants géorgiens », qui à tort, a affirmé que les États-Unis avait donné son feu vert à Tbilissi pour le lancement des hostilités en Ossétie du Sud.

Le rapport indique également que « de graves lacunes» ont été révélées dans le système de défense.

Il s'est avéré sur base des informations communiquées par [l'ancien] chef d'état-major, que des problèmes persistent dans les systèmes de communication , et que la guerre a révélé «l'inadéquation» des troupes de réserve à tous les niveaux.

Le rapport indique que les remarques controversées de Mamuka Kurashvili sur le lancement de l'opération « pour restaurer l'ordre constitutionnel » en Ossétie du Sud, a été un motif de «manque de volonté du ministère de la Défense en termes de stratégie de communication et absence de stratégie de mise en liberté d'information pendant les premières heures des hostilités. »

« Les remarques de Kurashvili ont ensuite été utilisées dans campagne de propagande anti-Géorgie », a-t-il ajouté.

« Le ministère de la Défense n'a pas réussi à effectuer une planification stratégique adéquate», poursuit le rapport. « La perte d'une certaine partie de l'armement a été causée par des lacunes persistent dans la politique de recrutement d'officiers de l'armée. Il convient de noter qu'un contingent de policiers n'avaient accompli de formation que quelques semaines avant l'agression de la Russie. »

« Le personnel des forces armées n'a pas de plan de retraite préparé à l'avance ... Ce fait indique des faiblesses dans la planification des opérations militaires. »

La commission a également demandé au Bureau du Procureur général de mener une enquête sur le témoignage du chef du gouvernement abkhaze en exil, Malkhaz Akishbaia, en particulier ceux liés à son incapacité à arriver dans les Gorges de Kodori avant que celles-ci soient capturées par les russes soutenus par les milices abkhazes.

La commission a également demandé au Bureau du Procureur général de mener enquête sur la façon dont le ministère a réagi l'énergie à propos de l'information que des investisseurs russes - qui ne sont pas précisés - étaient disposés à investir dans le secteur de l'énergie en Géorgie. Intelligence chief, Gela Bezhuashvili, initially told the commission that his agency informed about it the Economy Ministry, but later the intelligence department said the Energy Ministry was informed about it not the Economy Ministry. Chef des services de renseignements, Gela Bezhuashvili, a d'abord dit à la commission que son organisme a informé à ce sujet le Ministère de l'économie, mais plus tard, le service de renseignement a déclaré que le ministère de l'énergie a été informé mais pas le ministère de l'économie.
La commission a également appelé le bureau du procureur général à enquêter sur tous les cas de violation du droit international humanitaire, indépendamment de qui a été commis des deux côtés. Selon le Bureau du Procureur général, une telle enquête a déjà été lancée .

Recommandations

La commission a dit que pour remédier aux lacunes relevées au cours de la guerre du mois d'août, la commission a élaboré plusieurs recommandations:

  • Le Conseil national de sécurité devrait revoir le concept de la sécurité nationale pour faire face aux risques existants de manière appropriée;

  • Le Conseil de sécurité nationale devrait développer un système d'alerte rapide;

  • Le Conseil de sécurité nationale et le gouvernement devraient élaborer et convenir d'un concept sur un modèle de centre de gestion de crise;

  • Le Conseil de sécurité nationale et les différents ministères doivent élaborer des inter-agences de communication et le partage des informations de stratégie;

  • Le Conseil de sécurité nationale et le gouvernement devraient revoir le concept de la défense civile et développer un plan de défense civile;

  • Le système des troupes de réserve doit être révisé;

  • Le ministère de la Défense doit effectuer les mesures pertinentes pour le bon fonctionnement du système des communications;

  • Le gouvernement devrait prendre toutes les mesures pour restaurer système de défense aérienne, les résultats devraient être communiqués régulièrement aux parlementaires du groupe de confiance;

  • Des instructions pour les activités des diplomates au cours de situations d'urgence devraient être élaborées;

  • Une attention particulière devrait être accordée à l'attrait des professionnels pour le service diplomatique;

  • Les commissions parlementaires doivent s'impliquer dans le suivi de la mise en œuvre de ces recommandations;

  • Les problèmes mentionnés ci-dessus soulèvent la nécessité de changements de personnel dans ces organismes, y compris parmi les responsables politiques et militaires.

 

Les commentaires sont fermés.