09/04/2009

Aujourd'hui 9 avril.

20 ans se sont écoulés depuis la tragédie du 9 avril.

Le 9 avril, Journée de l'Unité Nationale, est un jour férié en Géorgie. C'est ce jour-là, en 1989, exactement 7 mois avant la chute du mur de Berlin, qu'une manifestation pacifique a rassemblé plusieurs dizaines de milliers de manifestants, réclamant l'indépendance de la Géorgie et, accessoirement mais élément déclencheur, que les sécessionnistes abkhazes soient poursuivis et châtiés pour leurs crimes.

Menés par le Comité pour l'Indépendance (dont Zviad Gamsakhurdia est un des responsables), les manifestants pacifiques (certains protestent par une grève de la faim) se rassemblent sur l'avenue Rustaveli, devant le Parlement de ce qui est encore la République Socialiste Soviétique de Géorgie.

Dans la soirée du 8 avril 1989, le général Igor Rodionov (un malade!), commandant du district militaire de Transcaucasie, ordonne la mobilisation de ses troupes.

Le détachement soviétique, avec des militaires armés de matraques et de bêches, avancent sur les manifestants qui se déplacent le long de l'Avenue Rustaveli, sous le commandement de Rodionov. Au cours de l'avance, les soldats attaquent les manifestants avec des pelles, une des armes favorites des forces spéciales soviétiques, infligeant des blessures importantes à toute personne atteinte.

20 morts, des centaines de blessés.

La Géorgie obtiendra son indépendance deux ans plus tard, le 9 avril 1991, avec à sa tête Zviad Gamsakhurdia.

Aujourd'hui, 9 avril 2009, les commémorations officielles se déroulent sous l'oeil attentif des médias étrangers. Une manifestation annoncée comme "pacifiste" doit réunir les opposant au gouvernement géorgien, avenue Rustaveli, devant le Parlement.

Rien lu encore dans la presse belge à ce sujet, mais vous en aurez en compte-rendu dès demain matin, voire avant.

D.P.

Les commentaires sont fermés.