02/04/2009

Opposition : le manifeste

 

La manifestation anti Saakashvili devrait se dérouler "à partir du 9 avril"...

La manifestation des partis opposants, annoncée depuis plusieurs semaine, le temps nécessaire pour rassembler une opposition divisée, devrait débuter le 9 avril pour se terminer... lorsque le président Saakashvili aura démissionné.

L'opposition, très contestée en Géorgie, mais aussi dans la diaspora, en Belgique comme ailleurs, prétend être prête à renverser le pouvoir "à tout prix, dans les limites de la législation". Mais lorsqu'on lit le "manifeste" publié il y a peu sur le site civil.ge, on peut comprendre à quoi il faut s'attendre durant la manifestation et aussi prévoir ce qui peut se passer en cas de succès, s'ils obtiennent la tenue de nouvelles élections (les dernières élections présidentielles ont eu lieu il y a 15 mois), et s'ils les gagnent bien entendu.

Pourquoi cette manifestation?

Ce que l'opposition reproche au gouvernement actuel, ce sont surtout les "erreurs" dans les gestions des différentes crises qui secouent le pays depuis deux ans. La crise d'août et l'agression russe bien sûr, mais aussi les crises antérieures dans les relations Russie/Géorgie avec le blocus des produits vinicoles et agricoles e.a., crise du gaz, et, pour terminer, la crise financière actuelle. Le ministère de la justice ainsi que la liberté de la presse sont de même critiqués par les opposants.

Souvent vous avez pu lire sur ce blog l'avis que l'on peut avoir à propos de la gestion du pays depuis ces 4 ou 5 dernières années. Le bilan, pour de nombreux observateurs, est nettement positif. La corruption sous Shevarnadzé était telle qu'il semblait impossible de l'éradiquer. Aujourd'hui, dans le classement mondial en la matière, la Géorgie se positionne bien avant certains pays d'Europe. La police et la douane, les fonctions publiques en général ont été totalement réorganisés. D'autre part, les infrastructures et les énergies, l'armée, les transports, les soins de santés et la mutuelle, la cultures, toutes ces choses qui n'existaient plus depuis 15 ans ont été les priorités du gouvernement Saakashvili, et à présent que ces projets sont devenus réalité, l'opposition critique tout ce que le gouvernement n'a pas encore pu réaliser, ou pas encore su corriger.

On peut critiquer aussi le président géorgien d'avoir cassé les relations avec la Russie. Là aussi, le débat n'a pas de sens. La Russie ne laissant aucun choix. Saakashvili n'a jamais eu l'intention de rompre avec les Russes. Mais ne garder que des relations commerciales avec ceux les ayant vexé, puisqu'ils avaient des vues nettement plus larges sur le Caucase, leur soutien aux séparatistes ne pouvaient aboutir qu'à des problèmes sérieux.

De la responsabilité de Saakashvili ou de Poutine dans la guerre d'août, nous pouvons affirmer aujourd'hui qu'elle était souhaitée, prévue, organisée et enfin provoquée par Poutine. Saakashvili est sans nul doute tombé dans le piège. La question qu'il faut se poser, c'est ce qu'il aurait pu faire pour éviter la guerre sans perdre définitivement non seulement les territoires géorgiens séparatistes, mais aussi ses désirs d'Europe. Car une chose est certaine, la Géorgie ne veut en aucun cas se retrouver sous le giron russe, et en cela on doit pouvoir les comprendre!

L'opposition actuelle, née d'une très petite part de la population que les réformes n'ont pas encore (suffisamment) touchés, mais initialisée par des anciens membres du gouvernement déçus d'avoir perdu leur poste et leurs privilèges pour la plupart, ensuite rejoints par des politiciens ou diplomates ayant une vision nettement pro-russe et qu'on peut soupçonner de vouloir manipuler tout le monde à des fins kagébistes, cette opposition donc profite d'une situation rendue instable suite à la guerre pour tenter de renverser Saakashvili, et récupérer ainsi les voix de ceux qui ont été touchés directement ou indirectement par le conflit.

Pas très constructive non plus, l'opposition. Aucun programme électoral, aucun projet d'avenir. Uniquement des critiques, des provocations, des effets d'annonces la plupart du temps. Mais un manifeste a été publié, qui concerne la manifestation du 9 avril.

Le voici, un peu complété par quelques indispensables remarques...

Manifeste de l'opposition

www.Civil.ge

Les autorités ont récemment mis le développement de l'État dans une impasse. Le pays est en état de profonde crise politique (provoqué par l'oppostion), économique (dégats dus à la guerre ajoutés à la crise économique mondiale) et sociale (depuis 20 ans, mais ça va très nettement mieux. Les gens ont la mémoire courte. Comment vivaient-ils il y a 10 ans à peine?). Les violations ininterrompues des droits de l'homme par les autorités (effet d'annonce); infractions sur les droits de propriété privée (corruption que Saakashvili tente d'enrayer définitivement); le plongeon du pouvoir judiciaire dans la sénilité (réformes prévues pour les 2 prochaines années), et la Géorgie a déclenché le désespoir et le nihilisme, aussi bien que la crainte d'une grande partie de la population suite à la provocation militaire mise en scène et amorcée par la Russie en août 2008 (...l'opposition aurait fait mieux, c'est certain!..).

La démission de Mikheil Saakashvili et la tenue des premières élections présidentielles sont exigés (Ils rêvent, dans la mesure où les dernières élections présidentielles ont eu lieu il y a 15 mois, déjà avancées à cause de l'opposition, et que Saakashvili a gagnées presque facilement) tout d'abord pour sauver l'avenir du pays (On attend encore leur programme. Inexistant.)

Seulement ensuite il sera possible de construire un état démocratique, légal, où l'autorité de la loi sera établie, le pouvoir judiciaire sera indépendant et juste et les droits fondamentaux de chaque citoyen seront protégés (ce qui n'est déjà pas le cas dans ce manifeste! Ca commence fort!) .

Nous réaffirmons que le 9 avril 2009, nous allons lancer une manifestation de protestation pacifique (10 membres de la formation de Burjanadzé ont été arrêtés pour achat d'armes illégales...) qui nous permettra d'obtenir de Mikheil Saakashvili sa démission du poste de président, et la tenue d'élections présidentielles.

Nous affirmons également que:

  1. Cette manifestation de protestation exprime la volonté de la grande partie de la population du pays (réunis avec peine, cela représente actuellement 25% de la population);

  2. La manifestation sera pacifique et aura lieu dans les limites de la Constitution (on verra);

  3. Nous allons agir en conformité avec la volonté du peuple et avec l'accord du peuple (exprimé comment?);

  4. Les plans d'action des groupes de la société civile et les forces politiques participant au rassemblement seront organisés et coordonnés avec les autres;

  5. Nous, fidèles à ce manifeste, nous nous engageons à respecter et coopérer avec les politiciens, les groupes politiques et les représentants de la société qui participent à ce rallye. (ceux qui ne participent pas, on ignore leurs demandes? Et si il n'y a obéissance que vis-à-vis d'eux-même on arrivera à l'anarchie totale!) Dans le même temps, nous vous proposons une co-participation dans le processus de construction d'un état libre et démocratique, à tous les supporters et les membres des autorités présentes qui partagent nos aspirations, en temps opportun (Rêvent-ils d'un gouvernement sans opposants, avec des postes uniquement pour leur pouvoir? Ils reprochent ça au gouvernement actuel, alors que c'est l'oppostion qui a fait le choix de quitter le parlement, contre l'avis de celui-ci! Après une manif anarchique, on aura droit a une dictature ?)

Nous croyons que notre pays va prendre le chemin du développement démocratique dans un avenir proche (Ce n'est pas le cas actuellement?) en raison d'un sage, raisonnable (après l'achat d'armes), unie et des actions ciblées (par les Russes?), ainsi que grâce à l'appui de la communauté internationale (il n'y a aucun appui connu. Tout juste une tolérance démocratique obligatoire).

Conclusion provisoire :

La démocratie, la connaissance de ses droits et ses devoirs, tout ce que nous connaissons en Europe occidentale, est encore un problème pour l'opposition. Elle est frustrée de ne plus faire partie du pouvoir ou du contre-pouvoir alors qu'ils s'en sont exclu eux-même. Parce qu'incapable d'avoir été une bonne opposition au sein du parlement, préférant critiquer le pouvoir depuis leur fauteuil chez eux, devant la télé toute la journée, en rejetant ses propres fautes sur le gouvernement en place, ou disant à qui veut entendre qu'ils auraient mieux fait s'ils étaient au pouvoir.

Que ce soient Bourjanadzé, Alasania, Gamsacourdia (fils) ou les autres, il s'agit plus de problèmes d'égo, de rancunes et de vengeances personnelles que de désir de changer le pays. Nombre de responsables de l'opposition sont d'anciens membres du gouvernement ou du parlement qui, profitant des difficultés actuelles (crises) pour essayer de convaincre les géorgiens que tout est la faute du pouvoir en place, et en cela probablement guidés par une Russie multiprésente dans l'opposition, provoque la présidence et sappe le moral du peuple.

Mikheil Saakashvili n'a plus rien à prouver quant à ses capacités à gouverner. Ce qu'il a réalisé en 5 ans de pouvoir est gigantesque lorsqu'on compare l'état actuel du pays à la période Shevarnadze. Même s'il a fait nombre d'erreurs, personne n'aurait gouverné ce pays aussi efficacement que lui. Y compris dans sa gestion de l'attaque russe d'août. L'opposition n'aurait certainement pas tenté une contre-attaque, n'aurait pas demandé l'aide de l'Union Européenne, et les territoires séparatistes seraient actuellement russes sans que soient reconnue aux yeux du monde comme agression aux lois internationnales l'invasion des territoires géorgiens par la Russie.

D.P.

Source : Civil.ge

A lire aussi, les déclarations de Mikheil Saakashvili à propos de la manifestation sur le blog du Journal du Dimanche (France)

 

 

Les commentaires sont fermés.