23/03/2009

Les evenements qui secouent Tbilisi

La Présidente de l'OSCE en réunion avec le ministre des Affaires étrangères géorgien.

 

La Présidente de l'OSCE en exercice, la ministre grecque des Affaires étrangères Dora Bakoyannis dit qu'une somme très intensive de travail sera nécessaire pour parvenir à un consensus sur l'extension de la mission de l'OSCE en Géorgie et ce consensus doit être basée sur l'indépendance, l'intégrité territoriale de la Géorgie et de ses valeurs fondamentales.

La visite officielle en Géorgie de Mme Bakoyannis est payante. Elle a tenu une réunion d'information après la réunion le ministre des Affaires étrangères Grigol Vashadze.
Les discussions ont porté principalement sur la nécessité de parvenir à une solution de consensus permettant la poursuite de la présence de l'OSCE en Géorgie. La vérité est que la situation sur le terrain demeure instable, ce qui implique différents risques et défis qui doivent être abordés. Ainsi, je crois fermement que nous avons besoin de plus et pas de moins de présence de l'OSCE dans la région. C'est la priorité de la présidence grecque. Nous nous sommes engagés à essayer vraiment quelque chose de difficile et nous le faisons depuis le tout premier moment où nous avons pris la présidence, a ajouté Madame Bakoyannis.

D'après Rustavi2

 

Les dirigeants de l'opposition accusent le gouvernement de "répression politique"

Les dirigeants de certains partis d'opposition réunis dans le bureau du Défenseur public pour dénoncer la détention de six membres du Mouvement démocrate-Unis - Géorgie, dirigé par Nino Burjanadze.

Les dirigeants de l'opposition sont allé protester contre la "politique de provocation par le gouvernement" qualifiant l'incident de "début de répression politique". Ils ont aussi adopté une déclaration d'aujourd'hui.

«Nous prenons l'entière responsabilité de déclarer que c'est un acte de provocation du gouvernement et une tentative d'intimidation de la société, où il est question de la constitutionnalité de la manifestation du 9 avril. Nous avons mis en garde le gouvernement de cesser les activités de provocation, de libérer les jeunes militants du parti et tous les prisonniers politiques, »a déclaré Nino Burjanadze.

Irakli Alasania, chef d'un autre parti d'opposition "Alliance pour la Géorgie" et ex-KGB d'union soviétique a également désapprouvé la détention de membres du parti d'opposition. Il a dit que la situation ressemble à une machine de répressions politiques.

D'après Rustavi2

Voici les faits qui justifient les arrestations de ces quelques opposants :

Des membres du Mouvement démocratique pour la Géorgie Unie dirigée par l'ex-présidente du Parlement géorgien Nino Burjanadze ont été arrêtés.
La police a arrêté Zurab Avaliani dans sa maison à Batumi à 5 heures du matin aujourd'hui. Ses avocats ont dit que la police a découvert une arme à feu dans son appartement. Nugzar Gogrochadze a été également arrêté.

D'après Rustavi2

Les commentaires sont fermés.