22/01/2009

Rapport du Ministère des Affaires Étrangères géorgiens

Rapport du Ministère des Affaires Étrangères

Le Ministère des Affaires Étrangères géorgien a à plusieurs reprises attiré l'attention de la communauté internationale sur les violations des droits de l'homme qui perdurent sur les territoires occupés de la Géorgie.

En interdisant l'éducation de la langue maternelle, les troupes d'occupation russes et les régimes en place violent la convention internationale sur l'élimination de toutes les formes de discrimination raciale, ainsi que le pacte international sur le protocole de droit économique, social et culturel  (article 13) et la convention européenne des droits de l'homme, (article 2) interdisant n'importe quel genre de restriction à l'instruction de la langue maternelle. 

La raison pour laquelle la Fédération de Russie prit une décision accélérée sur la reconnaissance des territoires occupés doit être claire pour chacun.

Le but de la Russie est premièrement de tout faire pour interférer dans le fonctionnement des missions internationales de surveillance des territoires occupés, afin de concrétiser leur éloignement pour pouvoir agir sans contraintes : des violations, des discriminations, des restrictions et des prohibitions de masse forcent la population géorgienne locale restante à quitter leur domicile, finalisant ainsi le processus de nettoyage ethnique mis en marche dans les années 90.

Le Ministère des Affaires Étrangères géorgien fait appel à la communauté internationale, aux organismes internationaux et aux organisations non gouvernementales traitant des droits de l'homme d'entreprendre toutes les mesures afin d'empêcher de telles violations sur les territoires temporairement occupés de Géorgie et d'assurer la protection des droits de l'homme et des libertés fondamentales de ses citoyens.

Les commentaires sont fermés.