28/12/2008

Lu sur le net

 

Un texte lu sur un blog français, posté la nuit du 8 au 9 août, dont je viens de prendre connaissance et que je vous livre (sans son accord, pas faute d'avoir essayé de le contacter... alors je le remercie ici)

Petit commentaire tout frais du rédacteur de DSI qui se trouve sur place (ndlr : en Ossétie) posté tout à l'heure (9 août) sur Air Défense (ndlr : un blog de liberation.fr) :

''- beaucoup de tirs d'artillerie de part et d'autre (LRM essentiellement). L'aviation russe est omniprésente mais avec assez peu de moyens (je n'ai compter jusqu'à présent qu'une dizaine de SU-25 russes, rien du côté de l'aviation géorgienne (ai entre-aperçu un SU-25 géorgien hier, c'est tout). En même temps, l'aviation d'attaque géorgienne compte moins d'une dizaine d'appareils... Pas encore vu de Mi-24 non plus côté géorgien.
Les Frogfoot russes utilisent essentiellement des roquettes pour l'attaque au sol (très impressionnant d'ailleurs), quelque fois leur canon de 30 mn. J'ai également assisté à quelques largages de bombes au-dessus des zones très urbanisées. Mais on sent les pilotes très craintifs (à chaque passage, essaimage de leurres anti-missiles et décrochage rapide). Les géorgiens semblent pour l'heure compenser leur manque de moyens aériens par des tirs de missiles sol-air assez efficaces (psychologiquement du moins, même si les médias locaux parlent de plusieurs SU-25 russes abattus).
Quant aux effectifs terrestres, ils sont essentiellement géorgiens (infanteries et blindés, type T-55). Les réservistes géorgiens arrivent par cars entiers (les cars jaunes de transport urbain de Tbilissi) dans la zone. Hier, la route reliant Tbilissi à Gori était constellée de BMP et BTR géorgiens, ainsi que par des 4x4 noirs (de marque japonaise) remplis de fantassins.
Sinon, et pour finir, attention aux "analyses" à distance des médias français. Je n'ai vu pour l'instant aucun journaliste occidental sur place (ils doivent tous être à Pékin...) et j'entends et lis beaucoup d'inepties sur le conflit. Pour info, j'ai eu une entrevue privée avec le président Saakashvili la veille au soir du déclenchement des combats, dans son bureau, et il s'apprêtait à partir pour les JO de Pékin... De même, l'un des responsables de l'OSCE sur place, en charge de l'Ossétie du Sud, rencontré le même jour à Tbilissi, ne prévoyait absolument pas ce qui est en train de se passer. Il ne s'agit donc pas, à mon avis, d'une attaque coordonnée à l'avance par Tbilissi mais d'une escalade qui a dégénéré très rapidement, prenant tout le monde de court (Géorgiens inclus).''

Je rajoute pourtant que cela fait quelques jours que les civils quittent la zone des combats, et que l'arrivé de renforts mécanisé russes à travers une zone montagneuse en quelques heures fait qu'au minimum il y a avait des plans ''ou cas ou''....Wait and See

 

Les commentaires sont fermés.